Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'internationalisation du CAC 40 soutient l'activité

Reuters16/05/2012 à 11:40

L'internationalisation du CAC 40 soutient l'activité

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Le chiffre d'affaires cumulé des entreprises de l'indice CAC 40 a enregistré une croissance supérieure aux attentes des analystes au premier trimestre 2012, soutenu par la capacité des entreprises françaises à exporter en dehors de la zone euro, marchés émergents et Etats-Unis en tête.

Les analystes saluent dans leur ensemble les publications trimestrielles, achevées mercredi avec les résultats d'EADS, tout en observant la prudence des perspectives affichées par les sociétés pour le reste de l'année étant donné les incertitudes entourant l'environnement politique et économique de la zone euro.

Sur les 40 valeurs de l'indice phare de la place parisienne, près des trois-quarts des groupes ont fait état d'une activité supérieure à celle attendue par le marché, seules 11 publications étant ressorties en dessous des estimations du consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

"Les groupes les plus internationalisés à l'image du secteur du luxe (PPR, LVMH) ont été ceux qui ont le plus agréablement surpris", commente Eric Turjeman, responsable de l'expertise actions chez Amundi. Il relève que depuis plus de deux ans, les publications trimestrielles n'ont pas été suivies de révisions à la baisse des prévisions d'analystes.

"Mais la nouveauté c'est qu'il ne s'agit pas uniquement des sociétés dont la croissance est tirée par les pays émergents, ce sont aussi celles dont l'activité aux Etats-Unis s'est bien tenue comme L'Oréal, Lafarge ou Capgemini", précise-t-il.

DÉCOUPLAGE CROISSANT ENTRE LES USA ET L'EUROPE

Sous le feu des projecteurs avec la crise de la dette, les banques ont souffert de la situation financière des pays de la zone euro alors que le secteur est engagé en Europe dans des programmes de réduction de la taille des bilans et de renforcement de la solidité financière afin de satisfaire à la réglementation Bâle III.

BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole ont ainsi publié une activité cumulée en recul de 8,4%, à milliards d'euros, un niveau cependant proche des attentes du marché.

Les déceptions sont venues pour la plupart des groupes les plus exposés au ralentissement de la croissance des pays émergents, comme le secteur des produits de base ou les valeurs technologiques, ces dernières subissant également la concurrence des groupes asiatiques bien mieux armés, relèvent les analystes.

"Il n'y a pas eu tant de surprises que cela dans la mesure où les analystes ont significativement révisé à la baisse leurs estimations en amont depuis le début de l'année", explique Benoît Peloille, stratégiste chez Natixis.

"C'est une différence avec les Etats-Unis, où 70% des sociétés américaines ont fait mieux qu'attendu alors que les analystes n'avaient pas vraiment modifié leurs estimations auparavant", ajoute-t-il, soulignant le découplage à l'oeuvre entre les Etats-Unis et l'Europe.

L'économie américaine, qui montre des signes d'amélioration de ses marchés de l'emploi et de l'immobilier, est attendue en croissance de 2,3% cette année et de 2,4% en 2013, contre respectivement -0,3% et +0,9% pour la zone euro, selon le consensus Reuters.

"En revanche, en matière de perspectives, les directions sont plutôt prudentes étant donné le poids du contexte macroéconomique et de la politique malgré un carnet de commandes bien rempli dans certains cas. Les gens sont quand même préoccupés", estime Lionel Heurtin, gérant actions chez OFI AM.

"Les chefs d'entreprise ne sont pas particulièrement inquiets en tant que dirigeants par rapport à leur carnet de commandes, ils le sont comme citoyens étant donné les turbulences politiques en zone euro", relativise Eric Turjeman.

Si les bénéfices devraient néanmoins augmenter cette année et l'an prochain, Lionel Heurtin rappelle que les niveaux de marge des entreprises ont atteint leurs plus hauts historiques.

"La pression fiscale devrait augmenter avec les plans d'austérité et la volonté de limiter les prix de transfert et faire payer les impôts dans le pays où l'activité est réellement réalisée. On devrait assister à une augmentation des taux d'imposition effectifs dans les années qui viennent", assure-il.

Edité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.