Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Insee revoit à la hausse le poids de l'industrie

Reuters28/10/2015 à 07:51

L'INSEE REVOIT À LA HAUSSE LE POIDS DE L'INDUSTRIE

PARIS (Reuters) - En plein débat sur le déclin industriel de la France, l'Insee a revu en hausse le poids de ce secteur à la faveur d'une nouvelle définition économique des entreprises qui donne, selon l'institut, une meilleure vision du tissu productif.

Le poids de la construction est aussi affecté positivement, mais dans une moindre mesure, par cette nouvelle méthode qui prend en compte l'organisation des entreprises en groupe, avec l'ensemble de leur filiales, et ne se contente plus de les recenser en tant qu'unités légales indépendantes.

Dans l'étude publiée mercredi, l'Insee estime que les entreprises industrielles pèsent ainsi 27,5% de la valeur ajoutée totale du secteur privé, soit 3,1 point de plus que dans l'ancienne définition, sur la base des données de 2011.

La valeur ajoutée du secteur privé représente un peu moins de la moitié du produit intérieur brut de la France.

S'agissant de la construction, son poids dans la valeur ajoutée du secteur privé est de même réévalué à 9,0% contre 8,6% auparavant.

L'explication tient au fait que "les entreprises tendent de plus en plus à s'organiser en groupes", déclare Elisabeth Kremp, responsable du département des synthèses sectorielles à la direction des statistiques d'entreprises de l'Insee.

La nouvelle méthode, qui est encore au stade de l'expérimentation et s'inscrit dans une approche européenne, prend en compte les liens de groupes.

Elle a pour conséquence de réaffecter aux entreprises industrielles leurs filiales tertiaires, pour l'essentiel celles où elles logent leurs fonctions supports (facturations, financement, recherche, activités de siège).

LA HAUSSE DU COÛT DU TRAVAIL RALENTIT

Dans une étude séparée, l'Insee constate que la hausse du coût horaire du travail a nettement ralenti en France du fait notamment de la mise en oeuvre du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) à compter de 2013, passant d'une hausse moyenne annuelle de 2,4% dans l'industrie entre 2008 et 2012 à 1,1% entre 2012 et fin 2014.

La France a ainsi enregistré sur la dernière période un rythme proche des industries espagnole, italienne et britannique, alors que pendant ce temps en Allemagne, il est passé de 2,0% à 3,2%.

Dans les services, la hausse des coûts horaires a de même ralenti en France à 0,8% en moyenne sur 2012-2014 contre 2,3% sur la période précédente.

L'Insee note que l'impact du CICE sur les marges des entreprises est difficile à évaluer avec précision en raison de l'existence de méthodes différentes de comptabilisation.

Mais si le taux de marge global des entreprises est resté quasi stable en 2013 (+0,1%), son évolution a été nette dans les secteurs à faible salaire qui ont le plus profité du CICE (applicable à des rémunérations allant jusqu'à 2,5 smic).

Il a ainsi augmenté de 2,2 points dans les services aux particuliers, (après un recul de 1,3 point en 2012), de 0,8 point dans la construction et de 0,5 point dans les transports.

Mais il a reculé de 0,1 point dans l'industrie (après -1,1 point en 2012) et de 1,6 point dans l'information-communication, des secteurs où les salaires sont supérieurs à la moyenne.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.