Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'inflation ralentit au Japon, pour le troisième mois d'affilée

Reuters 28/11/2014 à 07:55

* L'indice "core" en hausse de 0,9% en octobre * La production industrielle à la hausse * Les dépenses des ménages continuent de diminuer par Tetsushi Kajimoto et Stanley White TOKYO, 28 novembre (Reuters) - L'inflation au Japon a ralenti en octobre pour le troisième mois consécutif, en raison de la baisse des prix du pétrole, soulignant la morosité de la conjoncture à quinze jours des élections convoquées par le Premier ministre Shinzo Abe pour valider sa politique économique. La production industrielle a en revanche enregistré le mois dernier une hausse inattendue, ce qui pourrait s'expliquer par une réduction par les entreprises des stocks de biens invendus qui se sont accumulés après la hausse de la TVA en avril dernier, qui a déclenché une récession. Shinzo Abe, qui remet son mandat en jeu le 14 décembre, pourra trouver un certain réconfort dans cette statistique même si les analystes continuent à douter de l'efficacité de sa politique de relance et de lutte contre la déflation. En décembre 2012, retrouvant la tête du gouvernement japonais, Shinzo Abe s'était engagé à redynamiser l'économie avec un mélange de politique monétaire ultra-accommodante, de mesures de relance budgétaire et de réformes structurelles, les "trois flèches" des "Abenomics", sa politique économique. Ces mesures avaient eu un effet immédiat avec un PIB en hausse de 4% en rythme annualisé sur les six premiers mois de 2013 et une Bourse de Tokyo qui a bondi de 56,7% l'an dernier. Mais depuis, en raison notamment de la hausse de la TVA intervenue le 1er avril, l'élan initié par la politique du gouvernement s'est essoufflé, conduisant fin octobre la Banque du Japon à augmenter encore son programme massif de rachats d'actifs tandis que l'économie basculait dans la récession. "L'inflation pourrait continuer à ralentir car les cours du brut sont à la baisse", déclare Hidenobu Tokuda, économiste à l'institut de recherche Mizuho. "Les autres statistiques montrent que l'économie se redresse, mais ce n'est pas vraiment à cause de la politique d'Abe", dit-il. BAISSE DU TAUX DE CHÔMAGE L'indice "core" des prix à la consommation, qui exclut des éléments volatils comme les prix alimentaires mais intègre les cours du pétrole, a augmenté en octobre de 2,9% sur un an. Cela correspond à l'estimation médiane des économistes et représente un ralentissement par rapport au mois de septembre (+3,0% en rythme annuel). En excluant l'impact du relèvement de la TVA, la hausse des prix est estimée à +0,9%, presque à mi-chemin de l'objectif d'une inflation de 2% que la Banque du Japon s'est fixé pour le courant de l'année prochaine, objectif que les investisseurs jugent impossible à atteindre. La banque centrale parie que l'inflation va s'accélérer à partir de la prochaine année fiscale, qui débute en avril 2015, grâce à l'amélioration du marché du travail, qui entraînera une hausse de la consommation. Certains analystes pensent aussi que la dépréciation du yen, provoquée par l'expansion du programme de rachat d'actifs de la BoJ, va favoriser la hausse des prix, mais avec un décalage de plusieurs mois. Le taux de chômage a baissé en octobre à 3,5%, contre 3,6% en septembre et le ratio entre les offres et demandes d'emploi a augmenté à 1,10, des niveaux jamais vus depuis 22 ans. Les dépenses des ménages ont diminué de 4,0% sur un an le mois dernier, pour le septième mois consécutif. La baisse est toutefois moins marquée qu'en septembre (-5,6% sur un an). La production industrielle a augmenté de 0,2% en rythme annuel et les fabricants interrogés par le ministère du Commerce tablent sur une hausse de 2,3% en novembre et de 0,4% en décembre. Les ventes au détail ont progressé également en octobre de 1,4% sur un an, soit davantage qu'attendu par les économistes, qui tablaient sur une hausse de 1,2%. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

9.094 +1.56%
1.15169 +0.22%
28.8 0.00%
108.2 +0.46%
427.5 -0.95%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.