Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'inflation est-elle encore transitoire et jusqu'où ira-t-elle ? (Newton IM)
information fournie par AOF19/01/2022 à 13:47

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

(AOF) - L'inflation est-elle encore transitoire et jusqu'où ira-t-elle ? Selon Newton IM, il est probable que l'inflation diminue progressivement après avoir atteint un sommet. Elle devrait tout de même s'établir à un niveau plus élevé que les années précédentes. Au fur et à mesure de l'évolution de la reprise économique, la demande devrait se déplacer des biens vers les services et, ce faisant, pourrait entraîner une hausse de l'inflation de ce côté de l'économie, ce qui compenserait une partie de l'atténuation probable de la pression du côté des biens, détaille la société de gestion.

La réouverture du secteur des services a des répercussions sur l'inflation des salaires, qui a également augmenté récemment. Bien qu'elle soit susceptible de se modérer à moyen terme, dans l'immédiat, les salariés semblent être en meilleure position pour négocier les salaires. En outre, et en particulier aux États-Unis, les loyers, qui constituent une part non négligeable du panier de l'inflation, devraient connaître une nouvelle hausse.

La mondialisation, le rôle important joué par la relance budgétaire dans un monde post-covid et la question connexe de la décarbonisation sont d'autres facteurs qui risquent de jouer sur le niveau de l'inflation, souligne Newton IM.

Avant que les sources d'énergie renouvelables soient complètement adoptées, à court terme, la transition aura potentiellement un effet inflationniste.

" Les problèmes d'approvisionnement continueront sans doute à avoir un certain impact en 2022, même si les pressions s'atténuent ", note la société de gestion, pour qui la " forte hausse des prix de l'énergie devrait connaître une amélioration mécanique, car les hausses les plus fortes disparaîtront des calculs annuels au deuxième trimestre de l'année prochaine ".

Au final, Newton IM estime que les banques centrales ont sans doute été trop généreuses dans l'apport de liquidités. Elles ont été contraintes d'agir rapidement pour restreindre les liquidités, ce qui pourrait représenter un risque pour les marchés et entraîner des épisodes de volatilité.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.