Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'inflation en zone euro à 0,5%, au plus bas depuis fin 2009

Reuters31/03/2014 à 16:06

L'INFLATION DANS LA ZONE EURO

par Robin Emmott et Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - L'inflation dans la zone euro a enregistré un nouveau recul en mars, tombant à son plus bas niveau depuis novembre 2009 et alimentant les spéculations sur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire par la Banque centrale europénne (BCE) afin de conjurer les risques de déflation.

La hausse des prix à la consommation au sein des 18 pays de la zone euro est ressortie à 0,5% en rythme annuel en mars contre 0,7% le mois précédent, selon les données préliminaires publiés lundi par Eurostat.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à un chiffre de 0,6%, déjà inquiétant pour une économie de la zone euro qui peine à sortir de la récession.

L'inflation se situe ainsi pour le sixième mois consécutif sous le seuil de 1% l'an, ce que le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a qualifié de "zone dangereuse".

Son recul renforce la probabilité d'une réduction de ses taux directeurs par la BCE à l'occasion de la réunion de son conseil des gouverneurs jeudi.

Il alimente aussi les spéculations sur des mesures plus radicales comme le passage des taux en territoire négatif ou des rachats d'actifs à l'instar de ceux conduits par la Réserve fédérale américaine, la Banque d'Angleterre ou la Banque du Japon.

Le fait que les fêtes de Pâques, qui s'accompagnent habituellement de tensions sur les prix dans certains secteurs comme les voyages et l'hôtellerie, tombent en avril pourrait toutefois pousser la BCE à l'attentisme jusqu'à sa réunion de politique monétaire de juin.

"La question de l'éventualité de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire va rester très présente", juge Nick Kounis, responsable de la recherhce économique d'ABN Amro. "La banque centrale a toutefois fait preuve d'une certaine tolérance à l'inflation basse récemment."

La BCE, qui a un objectif d'inflation proche mais inférieur à 2% l'an, a maintenu son principal taux directeur inchangé à 0,25% le mois dernier et a estimé que les risques de déflation dans la zone euro étaient limités.

NOUIVEL APPEL DE FMI

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé lundi son appel à une baisse des taux de la BCE pour contrer les risques liés à la faiblesse de l'inflation tout en soulignant qu'il ne voyait pas la déflation s'installer au sein de la zone euro.

"Ce n'est pas la déflation en tant que telle qui nous inquiète mais nous sommes très inquiets de ce que nous appelons 'l'inflation basse'", a déclaré Reza Moghadam, directeur du département Europe du FMI. "Il y a des marges de manoeuvre pour un nouvel assouplissement (par la BCE) et pas seulement parce que l'inflation est maîtrisée", a-t-il ajouté.

Mario Draghi avait suggéré, après la réunion du conseil des gouverneurs de mars, que la BCE resterait attentiste ou au contraire prendrait des mesures audacieuses si la situation se détériorait.

Il avait ajouté que la BCE avait préparé des mesures additionnelles pour prévenir la déflation et que plus l'inflation restait basse longtemps plus grande était la probabilité de voir des risques déflationnistes émerger.

"Il y a toujours des raisons pour assouplir (la politique monétaire) mais nous ne pensons pas qu'il y aura un consensus au sein du conseil des gouverneurs jeudi pour un assouplissement", a déclaré Guillaume Menuet, économiste chez Citigroup.

La BCE pourrait aussi être amenée à temporiser en raison d'un consensus des économistes qui considère que l'inflation dans la zone euro pourrait avoir touché un point bas.

Christoph Weill, économiste à la Commerzbank, s'attend ainsi à ce que l'inflation remonte à 0,9% en avril.

(Patrick Vignal et Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Ewxbrayat)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.