Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'industrie mondiale a toujours le vent en poupe

Reuters01/08/2017 à 13:08
    par Jonathan Cable et Marius Zaharia 
    LONDRES/HONG KONG, 1er août (Reuters) - L'industrie a eu le 
vent en poupe dans le monde entier en juillet, attestant d'un 
élan économique qui ne semble pas devoir se démentir au second 
semestre même si les grandes banques centrales occidentales se 
préparent à dénouer des politique monétaire ultra-accommodantes. 
    La croissance est restée dynamique dans la zone euro, 
l'industrie manufacturière britannique s'est remise en juillet 
du passage à vide subi en juin, tandis que l'activité 
manufacturière en Chien se redressait contre toute attente. 
 L5N1KN0QP    
    Les chiffres américains attendus dans le courant de la 
journée devraient montrer une croissance solide de l'industrie 
manufacturière aux Etats-Unis, mais à un rythme un peu moins 
marqué qu'en juin, ce qui a été aussi le cas d'une bonne partie 
des pays européens. 
    "L'économie mondiale s'est bien tenue au deuxième trimestre 
et rien n'a changé en juillet", observe Andrew Kenningham, de 
Capital Economics. "Il n'y a rien à l'horizon le plus proche qui 
puisse provoquer un ralentissement économique global. Les 
banques centrales y vont très doucement et très prudemment pour 
retirer leurs soutiens; je ne pense donc pas que cela fera 
problème". 
    La Chine et la zone euro ont la clé des perspectives du 
second semestre car elles devraient assumer pour une bonne part 
la reprise économique en raison des turbulences politiques de 
Washington, qui remettent en cause la capacité du président 
Donald Trump à mettre en oeuvre sa politique de soutien à la 
croissance. 
    Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé la semaine 
dernière ses prévisions de croissance en Chine et en Europe, 
tout en maintenant à 3,5% sa projection de la croissance 
mondiale cette année.   
     
    LA CROISSANCE À 0,6% EN ZONE EURO AU 2E TRIMESTRE 
    La Chine devrait atteindre cette année son objectif d'une 
croissance de 6,5%, même si la plupart des analystes anticipent 
un ralentissement dans la mesure où Pékin s'emploie à limiter la 
montée de l'endettement à risque.  
    La zone euro a connu au deuxième trimestre une croissance de 
0,6%, ce qui était prévu, un chiffre solide sur lequel la Banque 
centrale européenne (BCE) pourrait s'appuyer pour amorcer le 
dégonflement de son bilan cet automne.     
    "Au regard des enquêtes menées auprès des chefs 
d'entreprise, l'expansion de l'activité (dans la zone euro) 
devrait rester au voisinage de 0,5% par trimestre", estime 
Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de 
Natixis Asset Management. "Dès lors la croissance pourrait être 
de 2,1% pour l'ensemble de l'année 2017." 
    Cette normalisation attendue de la politique monétaire 
risque toutefois d'attendre un peu en Asie, où l'on craint que 
ce processus ne puisse entraver la reprise économique.  
    La Banque de Réserve d'Australie a observé le statu quo 
mardi, laissant son taux d'intervention au plus bas record de 
1,5% même si elle admet que l'économie locale et plus 
généralement mondiale continuent de s'améliorer. 
    Les tentations protectionnistes des Etats-Unis sont en effet 
une menace latente pour des économies asiatiques très tournées 
vers l'exportation.  
    Même si Donald Trump n'a pas mis à exécution bon nombre de 
ses menaces en la matière, il n'en reste pas moins que le 
gouvernement américain attend des concessions de bon nombre de 
ses partenaires commerciaux. 
    De fait, le panorama économique est mitigé en Asie: 
l'activité manufacturière s'est contractée en Malaisie, en 
Indonésie et aussi en Inde, ce qui s'explique aussi, pour ce 
dernier pays, par une nouvelle politique fiscale. 
    Au Japon, des signes se manifestent d'un redressement d'une 
demande intérieure atone mais face à la faiblesse persistante de 
l'inflation, il est probable que la Banque du Japon (BoJ) ne 
reviendra sur son propre programme d'assouplissement quantitatif 
que bien après la BCE et la Réserve fédérale.     
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.