Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'impact financier de la fusion des régions limité, juge S&P

Reuters22/09/2015 à 12:33

L'IMPACT FINANCIER DE LA FUSION DES RÉGIONS JUGÉ LIMITÉ

PARIS (Reuters) - La réforme de la carte des régions en France aura un effet limité sur leurs finances et leur notation à court terme mais pourrait accroître les inégalités à long terme, même si elle offre des perspectives de financement intéressantes, estime S&P.

Il est en revanche trop tôt pour dire quelles économies le passage de 22 à 13 régions pourrait générer, selon l'agence de notation. Le gouvernement a avancé ce mois-ci le chiffre de 10 milliards d'euros.

Dans une étude parue mardi, Standard & Poor's souligne d'abord que la place des régions restera marginale en France en comparaison avec les voisins européens, malgré un quasi-doublement du budget moyen et une augmentation de la population de 2,9 à 5 millions de personnes en moyenne.

Leurs compétences étant relativement restreintes par rapport aux régions allemandes, belges, italiennes ou espagnoles, leur poids demeure assez faible : le budget de l'ensemble des régions françaises en 2014 était de 25,5 milliards d'euros contre 23,1 pour la seule Lombardie ou 23,3 pour la Catalogne.

Ces domaines d'intervention devant peu évoluer dans un premier temps, même si les régions récupèrent les transports scolaires ou centralisent le développement économique, S&P table sur une hausse de budget de 10%, en une fois.

S&P souligne que "les budgets des régions françaises sont moins exposés aux caractéristiques démographiques et socio-économiques que leurs pairs européens notés", notamment parce qu'elles paient peu de salaires et pas de prestations sociales.

Si elles sont un peu plus sensibles aux cycles économiques en terme de recettes, la volatilité devrait rester limitée.

INTERROGATION SUR LES ÉCONOMIES

Leur niveau d'endettement est jugé élevé, à 109% des recettes (hors Ile-de-France) en 2015 avec une progression attendue jusqu'à 134% en 2017, mais S&P rappelle que les régions comptent pour seulement 1,1% de la dette publique.

Avec la baisse des dotations de l'Etat dans le cadre du plan d'économies de 50 milliards d'euros sur la période 2015-2017, le taux d'épargne brute des collectivités devrait baisser et S&P s'attend à voir les régions ajuster l'effort d'investissement.

Si la note de crédit des régions notées par S&P ne devrait pas bouger à court terme au vu de ces éléments, des questions se posent en revanche sur les perspectives à plus long terme.

Ses analystes estiment que la capacité à bien gérer les fusions en termes d'organisation et de systèmes, à digérer les nouvelles compétences et à réaliser des économies d'échelle sera décisive et pourrait être inégale d'une région à l'autre.

La nature des économies potentielles est mal connue mais S&P pense que les sources se trouvent dans la renégociation des contrats importants, comme les conventions sur les TER avec la SNCF, ou l'harmonisation d'intervention dû à la refonte de la carte - proximité de lycées - ou aux nouvelles compétences.

"On n'a pas vu encore d'études qui permettent de dire qu'il y aurait des économies d'échelle", a rappelé Valérie Montmaur, analyste, lors d'une conférence de presse.

Le redimensionnement possible des projets d'investissement et donc le recours à l'emprunt - public ou privé - durant la nouvelle mandature pourraient aussi peser sur la notation.

Mais S&P juge intéressant que l'accès aux marchés obligataires soit renforcé alors qu'une majorité des 22 régions ne s'y rendaient pas, en l'absence d'ingéniérie adaptée ou parce que le montant des projets n'était pas assez important.

Les analystes soulignent ainsi que l'Ile-de-France, première région du pays, est capable de lever 500 millions d'euros sur un emprunt obligataire, au niveau d'autres opérations en Europe.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.