1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'extrême droite, avec Le Pen, affiche son unité à Milan
Reuters18/05/2019 à 17:25

    MILAN, 18 mai (Reuters) - L'extrême droite européenne s'est
efforcée samedi d'afficher son unité à Milan sous la houlette du
vice-président du Conseil italien Matteo Salvini, qui a
accueilli son alliée Marine Le Pen pour un grand meeting à une
semaine du scrutin européen.
    Le chef de la Ligue a rassemblé sur la place du Dôme les
représentants de onze partis souverainistes, dont la présidente
du Rassemblement national, pour une série de discours prononcés
devant une foule importante, malgré une pluie battante.
    "Nous ne voulons plus de cette oligarchie sans repères, sans
racines, sans âme, qui nous dirige avec pour seule ambition la
soumission et la dilution de nos nations", a dit Marine Le Pen.
    "Nous ne voulons plus de cette Union européenne qui fait
souffler sur l'Europe les vents mauvais de la mondialisation
sauvage. La mondialisation sans régulation, c'est faire
fabriquer par des esclaves pour vendre à des chômeurs."
    Le meeting de samedi est un "acte fondateur de la révolution
pacifique et démocratique qui voit dans tous les pays le réveil
des peuples", a-t-elle ajouté en lançant : "Allons enfants des
patries, le jour de gloire est arrivé !"
    L'objectif des partis rassemblés à Milan est de constituer
la troisième force au Parlement européen derrière les
conservateurs et les sociaux-démocrates, devant l'alliance
centriste que veut bâtir Emmanuel Macron.
    Mais leur alliance est traversée par des divisions et l'un
des poids lourds de l'Europe des nations et des libertés (ENL) a
subi samedi un revers avec la démission du vice-chancelier
autrichien Heinz-Christian Strache, chef de file de l'extrême
droite (FPÖ), qui menace la coalition au pouvoir. 
    Un enregistrement le montre proposant des contrats publics à
une ressortissante russe qui se dit la nièce d'un oligarque en
échange d'un soutien politique et financier.  

 (Yves Clarisse, avec Crispian Balmer à Milan, édité par
Philippe Lefief)
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ringo38
    20 mai07:44

    Entres chemises noires ils se rappellent les moments (tristes pour nous) du passé ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer