Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

GEMALTO

49.95EUR
-0.08% 
indice de référence SBF 120

NL0000400653 GTO

Euronext Amsterdam données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    49.99

  • clôture veille

    49.99

  • + haut

    50.00

  • + bas

    49.91

  • volume

    211 632

  • valorisation

    4 517 MEUR

  • capital échangé

    0.23%

  • dernier échange

    25.04.18 / 16:28:03

  • secteur

    Logiciels

  • Indice de référence

    SBF 120

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    48.46

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    51.44

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter GEMALTO à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter GEMALTO à mes listes

    Fermer

L'expansion d'Apple Pay passera par des batailles locales

Reuters08/04/2015 à 17:21

* Apple veut imposer son paiement sans contact dans le monde * Chaque pays représente un défi différent * Apple devrait viser les pays où l'iPhone est bien implanté par Eric Auchard FRANCFORT, 8 avril (Reuters) - Apple AAPL.O a mené une offensive éclair depuis septembre pour tenter d'imposer son service de paiement sans contact aux Etats-Unis mais il lui faudra certainement une bonne dose de patience et de créativité pour le propager au-delà des frontières américaines. Sur trois dollars dépensés via des modes de paiement sans contact sur les trois grands réseaux de cartes bancaires aux Etats-Unis, Apple affirme qu'environ deux le sont via son propre service, Apple Pay, lancé en septembre. Le groupe américain est toutefois confronté à un problème de taille dans sa quête d'expansion internationale: contrairement à celui de l'électronique grand public, sur lequel il a pris l'habitude de créer l'événement en lançant simultanément dans des dizaines de pays chaque nouveau modèle d'ordinateur ou de téléphone, le marché du paiement est loin d'être unifié. D'un pays à l'autre, le paysage bancaire, les cartes de crédit, les opérateurs télécoms et les réseaux de distributeurs peuvent varier grandement, de même que les habitudes de paiement et le cadre réglementaire. "Chaque marché aura des acteurs différents, des partenariats différents, des normes différentes, des économies différentes, des degrés de coopération différents", souligne Andrew Humphrey, spécialiste des technologies chez Morgan Stanley. Depuis une décennie, banques, opérateurs télécoms et grands distributeurs ont globalement échoué dans leurs tentatives pour inciter les consommateurs à délaisser cartes de crédit, pièces et billets au profit du paiement dématérialisé. UNE CLIENTÈLE POTENTIELLE TRÈS VASTE Avec Apple Pay, le groupe de Cupertino permet aux possesseurs de ses téléphones, tablettes et bientôt montres d'acheter des biens en tenant simplement leur appareil devant une borne installée chez les commerçants. Sa clientèle mondiale est potentiellement très vaste: plus de 800 millions d'utilisateurs de produits Apple ont déjà enregistré les coordonnées d'une carte de paiement sur un compte iTunes. Pour développer son service au-delà des Etats-Unis, que ce soit en Amérique, en Europe ou en Asie, Apple doit avancer marché par marché, pensent acteurs et analystes du secteur. "Apple n'a pas besoin d'une couverture intégrale dès le départ", déclare Andrew Humphrey. "(Il) peut négocier avec un petit nombre de banques sur chaque marché." Parmi les cibles les plus probables figurent les pays où la téléphonie mobile est déjà très répandue tels que la Chine, le Japon et la Grande-Bretagne, et ceux qui ne reculent généralement pas devant l'adoption de nouveaux moyens de paiement, comme l'Australie, la Pologne et, dans une moindre mesure, le Canada, ajoutent des spécialistes du secteur. "Apple, étant ce qu'il est, forcera le passage", prédit Andrew Gardiner, analyste du secteur informatique européen chez Barclays. "Le secteur s'attend à ce qu'Apple se lance sur de nouveaux marchés au cours des deux prochains trimestres", ajoute-t-il, en citant des conversations qu'il a eues avec des représentants de sociétés de cartes de crédit et de grandes banques en Europe. Le groupe à la pomme ne donne lui-même aucune indication. "Apple Pay est disponible aux Etats-Unis", peut-on simplement lire sur son site internet. LES CONCURRENTS ONT DES MARGES DE MANOEUVRE Pour Timetric, cabinet d'études sur les services financiers basé à Londres, l'Allemagne ne devrait guère attirer l'attention d'Apple dans un premier temps: l'iPhone y est relativement peu répandu et seulement un tiers des consommateurs y possèdent une carte de crédit. L'une des forces d'Apple -- la promesse d'un système cohérent pour les possesseurs de ses produits -- est aussi l'une de ses faiblesses: il laisse des marges de manoeuvre à ses concurrents puisque l'iPhone représente moins de 20% du marché mondial des smartphones. Chacun tente déjà de trouver sa place. Google GOOGL.O a acquis en février les technologies de Softcard, une application de paiement mobile créée par plusieurs opérateurs téléphoniques voici plusieurs années, tandis que Samsung Electronics 005930.KS a mis la main sur LoopPay, un service de paiement par carte. Google et Samsung devraient proposer à leur tour cette année leur propre mode de paiement mobile pour concurrencer Apple Pay et empêcher Apple de disposer d'un argument de vente majeur pour ses téléphones et montres connectées, pensent les analystes du secteur. De grandes banques envisagent aussi de lancer leurs propres modes de paiement mobile. Pour leur part, Visa V.N et MasterCard MA.N , qui ont apporté au départ une contribution essentielle au développement d'Apple Pay, songent désormais à limiter leur prise de risque en s'associant à d'autres acteurs. "L'innovation dans les paiements n'est pas virale contrairement à ce qui se passe sur d'autres marchés liés à internet", résume Jean-Claude Detruche, vice-président de Gemalto GTO.AS , leader mondial de la carte à puces. "Cela prend un peu de temps. Cela relève du domaine matériel. C'est un marché physique, pas seulement numérique." (avec Adrian Krajewski à Varsovie; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Valeurs associées

-0.08%
0.00%
+0.67%
+0.08%
-1.27%

Mes listes

valeur

dernier

var.

5405.34 -0.71%
84.3 -3.10%
1.611 +0.13%
2.69 -5.94%
6.065 -3.27%
34.65 0.00%
6.646 -1.39%
12.93 -0.31%
8.86 -1.45%
70.66 -1.29%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.