Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Eurogroupe détaille les plans d'aide à l'Espagne et Chypre

Reuters28/06/2012 à 01:10

L'Eurogroupe détaille les plans d'aide à l'Espagne et Chypre

BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ont accepté mercredi la demande d'aide de l'Espagne et dit qu'elle solliciterait sans doute entre 51 et 62 milliards d'euros pour renflouer ses banques, ainsi qu'une "marge de sécurité" supplémentaire.

L'Eurogroupe précise dans un communiqué que dès que le montant exact sera établi, l'aide sera versée par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) avant que le Mécanisme européen de stabilité (MES) ne prenne le relais.

Ce montant devrait être largement dans la limite de 100 milliards d'euros que l'Eurogroupe s'est proposé de verser à l'Espagne, ajoute le texte.

De son côté, Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, a dit à Reuters que la mission de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) en Espagne entamera ses travaux mercredi soir à Madrid, le but étant de présenter un protocole d'accord à l'Eurogroupe le 9 juillet.

"Le protocole d'accord comportera des conditions pour le secteur financier", a-t-il précisé, ajoutant que ce calendrier était "ambitieux, mais réalisable".

En fin de matinée, la Commission européenne a donné provisoirement son feu vert à l'aide publique espagnole à Bankia et demandé à Madrid de présenter un plan de restructuration pour la banque d'ici six mois.

La mise en branle du processus d'aide pour les banques espagnoles intervient la veille d'un nouveau sommet européen censé trouver des remèdes durables à la crise de la zone euro.

La somme débloquée pour le secteur financier espagnol sera affectée au fonds de restructuration des banques du gouvernement espagnol (FROB), mais Madrid "restera totalement responsable et signera le protocole d'accord", poursuit l'Eurogroupe.

LE FMI A RECU UNE DEMANDE D'AIDE DE CHYPRE

Même si l'aide débloquée par la zone euro est destinée au seul secteur bancaire de l'Espagne, les créanciers du pays devront également suivre les évolutions budgétaires de Madrid entant donné l'interconnexion entre le système financier et les comptes publics, a déclaré Peter Praet, un autre membre du directoire de la BCE.

"Etant donné l'interconnexion des finances publiques et la situation du secteur bancaire, nous devons également garder un oeil sur le développement du budget espagnol, déclare-t-il dans un article qui sera publié jeudi par le Financial Times Deutschland.

Avec un rendement des obligations à 10 ans espagnoles proche de 7%, niveau jugé critique, bon nombre d'intervenants de marché estiment que l'Espagne n'est pas loin de devoir solliciter une aide internationale en tant que tel, pas seulement pour ses banques.

Dans un autre communiqué diffusé au même moment, les ministres des Finances de la zone euro annoncent qu'ils ont également accepté la demande d'aide de Chypre, qui sera elle aussi versée par l'intermédiaire du FESF ou du MES dès que son montant aura été établi.

En contrepartie de cette aide évaluée à une dizaine de milliards d'euros, l'Eurogroupe précise que Chypre doit procéder à des ajustements budgétaires et à des réformes structurelles, ainsi que renforcer son secteur bancaire et financier.

Des responsables gouvernementaux chypriotes ont sollicité l'aide du Fonds monétaire international (FMI) pour résoudre la crise bancaire du pays, a annoncé pour sa part annoncé sa directrice générale Christine Lagarde.

Au sujet de Chypre, Jörg Rasmussen a dit que la mission de la "troïka" (Commission européenne, BCE et FMI) à Chypre entamera sans doute ses travaux sur place lundi 2 juillet, tout en soulignant qu'il ne pouvait pas dire quand elle prendrait fin.

La situation économique du pays est difficile, ce qui est imputable au secteur financier et à un état des finances publiques qui iront en empirant en raison de la recapitalisation bancaire.

"De mon point de vue, il faut que ce soit un programme ambitieux", a-t-il dit, précisant que le montant de l'aide pour Chypre n'était pas encore chiffrable.

Luke Baker et Foo Yun Chee à Bruxelles, Gernot Heller et Sarah Marsh à Berlin, Neil Stempleman à Washington, Tangi Salaün, Natalie Huet et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.95 +5.61%
0.904 +1.57%
3.715 -2.49%
1.164 -0.25%
5.264 +4.24%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.