1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Ethiopie licencie cinq responsables pénitentiaires accusés d'abus
Reuters05/07/2018 à 11:09

    ADDIS-ABEBA, 5 juillet (Reuters) - L'Ethiopie a licencié
cinq hauts responsables de l'administration pénitentiaire peu
avant la publication attendue d'un rapport de l'ONG Human Rights
Watch (HRW) faisant la liste d'acte de torture et autres abus
dans une prison de sinistre réputation dans le pays.
    Depuis sa prise de fonctions en avril, le nouveau Premier
ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui pour la première fois dans
l'histoire du pays est issu de l'ethnie Oromo, a multiplié les
réformes radicales.
    En annonçant les licenciements mercredi soir à la
télévision, le ministre de la Justice Berhanu Tsegaye a déclaré
que les remplaçants de ceux qui ont été remerciés devaient
respecter les droits conformément à la constitution.
    Abiy Ahmed, un ancien général de 41 ans, a déjà remplacé le
chef d'état-major au cours des derniers mois ainsi que le patron
des renseignements. Les licenciements dans le domaine
pénitentiaire interviennent quelques semaines après que le
Premier ministre a évoqué devant le Parlement l'étendue des abus
dont ont pu se rendre coupables les forces de sécurité.
    "La police fouettait. Ceci va à l'encontre de la
constitution. Les policiers étaient des terroristes", avait-il
dit devant les élus vers la mi-juin.
    Les détenus de la prison Ogaden, située dans la région
Somali du pays, ont systématiquement subi des abus pendant des
années, avec notamment un accès limité à des soins voire à de la
nourriture, souligne HRW dans son rapport.
    L'ONG ajoute que, dans le but d'entretenir un climat de
terreur, les prisonniers étaient déshabillés, battus devant tout
le monde et contraints de se livrer à des actes humiliants.
    Il y a près de deux semaines, Abiy Ahmed a échappé à un
attentat à la grenade lors d'un rassemblement politique à
Addis-Abeba, la capitale du pays.  
    L'Ethiopie est un pays de 100 millions d'habitants, d'une
grande diversité ethnique. Les affrontements ont contribué à
pousser à la démission en février dernier le Premier ministre
Hailemariam Desalegn.  
    Abiy Ahmed a surpris les Ethiopiens le mois dernier en se
déclarant prêt à mettre en oeuvre intégralement l'accord de paix
conclu avec l'Erythrée après deux ans d'affrontements, entre
1998 et 2000.  
    Il a également a promis de mettre en œuvre des réformes
politiques et économiques pour désamorcer les tensions ethniques
dans la province d'Oromia dont il est originaire.  

 (Maggie Fick, Benoit Van Overstraeten pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer