Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Etat et Nissan vont poursuivre leurs discussions sur Renault

Reuters06/11/2015 à 22:04

LES DISCUSSIONS SUR RENAULT VONT SE POURSUIVRE ENTRE L'ETAT ET NISSAN

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Le conseil d'administration de Renault n'est pas parvenu vendredi à résoudre le conflit sur la répartition des pouvoirs au sein de l'alliance entre le constructeur français et Nissan, mais est tombé d'accord pour soutenir de nouvelles discussions et tenter ainsi de sortir de l'impasse.

Renault avait convoqué une session d'urgence de son conseil pour débattre de sa stratégie vis-à-vis de son partenaire nippon alors que le bras de fer entre le PDG, Carlos Ghosn, et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est durci depuis la brusque montée de l'Etat au capital du groupe français en avril.

Cette opération était destinée à assurer au principal actionnaire de Renault les droits de vote doubles prévus par la loi Florange. Mais Nissan, deuxième actionnaire, ne l'accepte pas alors que lui ne possède aucun droit de vote depuis la fondation de l'alliance en 2002.

Dans un communiqué, Renault a déclaré que le conseil avait procédé à un premier point d'étape des discussions engagées entre les deux principaux actionnaires.

"Pour poursuivre les discussions, le conseil d'administration a décidé de s'organiser pour favoriser la recherche et la formalisation d'une solution préservant l'intérêt social de Renault et renforçant l'alliance", a-t-il ajouté.

Reuters a rapporté la semaine dernière que Nissan avait formulé en septembre des propositions confidentielles pour mettre fin au contrôle de Renault, via une augmentation de sa participation dans son partenaire français et une réduction de celle de Renault, actuellement de 43,4%, dans son capital.

L'Etat français prône lui aussi d'aller vers une fusion entre les deux groupes, mais selon des termes qu'il aura choisis, ont également dit les sources.

NISSAN VEUT UNE SOLUTION "LE PLUS TÔT POSSIBLE"

Hiroto Saikawa, directeur de la Compétitivité de Nissan et représentant du groupe japonais au conseil d'administration de Renault, a déclaré vendredi dans un autre communiqué espérer qu'une solution soit trouvée "dès que possible", tout en répétant son hostilité à la perspective des droits de vote doubles que l'Etat français pourra exercer en mars prochain.

"Le changement récent dans la structure de vote de Renault (...) a souligné le déséquilibre dans l'alliance Renault-Nissan", a-t-il déclaré. "Nous discutons avec tous les grands actionnaires pour tenter de trouver à ce problème une solution qui bénéficie à l'alliance, et continuerons jusqu'à ce que nous trouvions une solution équilibrée et constructive."

Démarche peu courante, les administrateurs indépendants de Renault ont apporté la veille publiquement leur soutien à Carlos Ghosn en réexpliquant eux aussi pourquoi le conseil avait recommandé de déroger aux droits de vote doubles de la loi Florange.

De son côté, le président socialiste du Comité de surveillance de la Caisse des dépôts et consignation, Henri Emmanuelli, a demandé l'audition de Carlos Ghosn devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, afin qu'il s'explique sur son opposition à ce chapitre de la loi Florange.

"La réaction hostile et publique du PDG (de Renault), qui semble confondre le rôle d'actionnaire et de manager, a politisé de manière regrettable et inutile cette décision", a-t-il dit dans un communiqué. "Il convient qu'il vienne s'en expliquer devant les membres de la Commission des finances de l'Assemblée nationale (...) Le plus vite sera le mieux."

La CGT a déploré de son côté que le débat actuel masque les vrais enjeux. "Les pseudo-différends entre les dirigeants de Renault/Nissan et l'Etat occultent les difficultés réelles auxquelles sont confrontés les salariés", a écrit le syndicat dans un tract publié vendredi.

(Avec Cyril Altmeyer, édité par Marc Angrand)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.