1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Etat défendra ses intérêts avec Vinci sur Notre-Dame-des-Landes

Reuters18/01/2018 à 10:30
    PARIS, 18 janvier (Reuters) - L'Etat français défendra ses 
intérêts dans les négociations avec Vinci  SGEF.PA , à la suite 
de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, avec 
la volonté d'épargner au maximum le contribuable, ont déclaré 
jeudi des membres du gouvernement. 
    Le groupe de BTP et concessions, gestionnaire de l'aéroport 
de Nantes et ex-concessionnaire de Notre-Dame-des-Landes, s'est 
dit mercredi à la disposition de l'Etat à l'annonce de l'abandon 
du projet. 
    Vinci avait signé fin 2010 un contrat de 55 ans couvrant 
l'exploitation des aéroports existants (Nantes Atlantique et 
Saint-Nazaire Montoir), la construction du nouvel aéroport à 
Notre-Dame-des-Landes et le transfert vers celui-ci de la 
plateforme Nantes Atlantique. L'ensemble du contrat va 
maintenant être renégocié.   
    "La ministre des Transports va rencontrer très rapidement" 
le PDG de Vinci, Xavier Huillard, a dit le porte-parole du 
gouvernement, Benjamin Griveaux, sur France Inter. 
    Ces discussions, a précisé Elisabeth Borne sur franceinfo, 
"elles vont être menées en respectant le droit, en défendant les 
intérêts de l'Etat, et je suis confiante sur le fait qu'on 
trouvera une bonne solution pour l'Etat." 
    "On va discuter avec Vinci des bonnes clauses à appliquer et 
de la meilleure façon d'avancer sur ce projet." 
    Christophe Castaner, délégué général de La République en 
Marche, a évoqué sur Europe 1 l'hypothèse d'une rupture du 
contrat pour "causes exceptionnelles". 
    "On peut considérer que nous sommes dans ces causes-là", 
a-t-il dit. 
     
    "CIRCONSTANCE EXCEPTIONNELLE" 
    A la question de savoir quelles pourraient être ces causes, 
le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement a répondu : 
"Le fait que ce projet, qui a été lancé à un moment donné, n'est 
plus d'actualité peut être une circonstance exceptionnelle, le 
fait que vous avez des changements de pratiques aéroportuaire et 
aérienne, ça peut être un élément." 
    "Comme il s'agit d'argent public, on va tout faire pour 
effectivement que l'indemnisation corresponde aux engagements 
financiers de Vinci, et c'est légitime, mais que ça coûte le 
moins cher au contribuable", a poursuivi Christophe Castaner. 
    L'un des trois médiateurs nommés par le gouvernement sur le 
sujet estimait fin décembre dans Le Monde que le concessionnaire 
pourrait être indemnisé jusqu'à 350 millions d'euros. 
    Benjamin Griveaux a déclaré que ce chiffre était "erroné". 
    Christophe Castaner s'est dit "intimement convaincu" que la 
potentielle compensation serait moindre que ce montant. 
    Interrogé par Reuters, un porte-parole de Vinci s'est refusé 
jeudi à tout commentaire sur l'évocation de "causes 
exceptionnelles" et sur le montant des indemnités possibles pour 
le groupe. 
    "Nous répétons ce que nous avons dit hier, Vinci se tient à 
la disposition de l'Etat", a-t-il dit, ajoutant que tout autre 
commentaire était "prématuré". 
 
 (Sophie Louet avec Dominique Vidalon, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

0.00%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.