1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (12/12)
Reuters12/12/2018 à 17:00

    FUSILLADE À STRASBOURG, LE TIREUR EN FUITE
    STRASBOURG - Les forces de l'ordre étaient mercredi toujours
à la recherche de l'auteur de la fusillade qui a fait mardi soir
à Strasbourg deux morts, une victime en état de mort cérébrale,
12 blessés, dont six en urgence absolue.
    Le tireur présumé, fiché "S", a pris la fuite, peut-être
hors de France, a déclaré le secrétaire d'Etat à l'Intérieur
Laurent Nunez.
    "Aujourd'hui il y a 720 personnes qui sont mobilisées sur
Strasbourg, 100 personnes relevant de la police judiciaire, qui
sont totalement mobilisées pour que très vite nous puissions
intercepter cet individu", a déclaré à l'Assemblée le ministre
de l'Intérieur, Christophe Castaner. 
    L'auteur présumé de l'attaque "avait un comportement qui
relevait déjà du pénal" dès l'âge de dix ans, a précisé
Castaner, évoquant de premières condamnations à 13 ans. Le
ministre a salué par ailleurs l'action de trois citoyens qui ont
tenté mardi soir d'arrêter l'homme.
    Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a
déclaré que le tireur avait crié "Allah Akbar" en ouvrant le feu
la veille au soir au coeur du marché de Noël.
    La section antiterroriste du parquet de Paris a décidé de se
saisir des faits, a annoncé le parquet. Quatre proches du tireur
- sa mère, son père et deux frères - ont été placés en garde à
vue. 
    Le tireur a été identifié sous le nom de Chérif C. Agé de 29
ans, né et résidant à Strasbourg, il a été condamné à plusieurs
reprises en France pour des faits de droit commun. Sorti de
prison fin 2015, il était fiché "S" pour prosélytisme religieux.
    
    Pour suivre la couverture en direct des événements de
Strasbourg:  
    
    LA GAUCHE DEMANDE LE REPORT DE L'EXAMEN DE SA CENSURE
    PARIS - Les trois groupes de gauche qui ont déposé une
motion de censure du gouvernement ont demandé mercredi le report
de son examen, en raison de l'attentat de Strasbourg qui a fait
deux morts mardi.
    "Dans ces conditions, nous estimons impensable que puisse se
tenir jeudi, comme initialement prévu, la discussion autour de
la motion de censure que nous avons déposée pour dénoncer
l'injustice fiscale du gouvernement", peut-on lire dans un
communiqué du groupe socialiste.
    Ce dernier a décidé de déposer cette motion avec le Parti
communiste et La France insoumise pour dénoncer la gestion par
le gouvernement de la crise des "Gilets jaunes".
    ---
    LA SURVIE POLITIQUE DE THERESA MAY SUSPENDUE AU VOTE DES
ÉLUS CONSERVATEURS
    LONDRES - La Première ministre britannique Theresa May,
fragilisée par sa décision de repousser le vote sur l'accord du
Brexit, devra se soumettre ce mercredi à un vote de défiance du
Parti conservateur.
    Si 158 des 315 élus conservateurs à la Chambre des Communes
votent la défiance, elle sera renversée et le futur chef du
Parti conservateur la remplacera à la tête du gouvernement
britannique à moins de quatre mois de la date fixée pour la
sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
    Le vote des députés conservateurs se déroulera entre 18h00
GMT et 20h00 GMT dans une salle de la Chambre des communes.
L'annonce du résultat sera faite à 21h00 GMT.
    Au moins 185 députés ont toutefois exprimé publiquement leur
soutien à Theresa May, ce qui devrait théoriquement lui
permettre d'échapper à la censure.
    
    Pour suivre la couverture EN DIRECT des événements de la
journée au Royaume-Uni:  
    ---
    "GILETS JAUNES"
    LE DÉBAT NE DOIT PLUS AVOIR LIEU DANS LA RUE-GRIVEAUX
    PARIS - Le gouvernement a mis sur la table de quoi permettre
l'ouverture d'un dialogue national et de clore plusieurs
semaines de débat "dans la rue", a estimé mercredi le
porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, sur fond
d'appels de certains "Gilets jaunes" à manifester de nouveau
samedi.
    Les annonces faites lundi soir par Emmanuel Macron "ont
satisfait une partie des demandes qui étaient faites par les
Français qui ont décidé d'enfiler un gilet jaune il y a
plusieurs semaines", a-t-il déclaré lors du compte rendu du
conseil des ministres à l'Elysée.
    "Ces mesures ont aussi vocation à permettre l'ouverture du
dialogue et ce dialogue va se faire dans le cadre du grand
débat" qui se tiendra du 15 décembre au 1er mars en France,
a-t-il ajouté.
    
    SACRIFIER LE 3% ÉTAIT NÉCESSAIRE POUR CONTINUER À RÉFORMER
    PARIS - Sacrifier le 3% l'an prochain était nécessaire pour
continuer à réformer la France, expliquera Emmanuel Macron à ses
partenaires européens s'ils l'interrogent sur ce sujet jeudi et
vendredi à Bruxelles, a dit mercredi une source à la présidence
française.
    Les "Gilets jaunes" ont eu raison de ce pilier de la
stratégie économique et diplomatique du président français, le
fragilisant alors qu'il peine à convaincre ses partenaires
d'accélérer les réformes européennes. 
    Selon le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald
Darmanin, le déficit public pourrait déraper de 0,5 point de PIB
en 2019 pour atteindre environ 3,4%, nettement au-delà de la
limite européenne.      
    
    MOSCOVICI DIT NE PAS PRÔNER DE SANCTIONS CONTRE ROME OU
PARIS    
    BERLIN - Pierre Moscovici, le commissaire européen aux
Affaires économiques et monétaires, a dit mercredi rechercher
des solutions pour les problèmes budgétaires de l'Italie et de
la France plutôt que de prôner des sanctions.
    La Commission a rejeté le projet de budget 2019 de Rome, qui
prévoit une hausse du déficit à 2,4% du produit intérieur brut
(PIB) contre 1,8% cette année, au motif qu'il ne permettra pas
de réduire la dette publique comme le stipulent les règles
européennes.
    Le déficit français, lui, risque de passer au-dessus de la
limite de 3% après les mesures annoncées lundi par le président
Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d'achat.  
    
    MACRON DÉGRINGOLE DANS LE BAROMÈTRE IPSOS 
    PARIS - Emmanuel Macron a perdu six points en un mois, en
pleine fronde des "Gilets jaunes", et atteint désormais son
record d'impopularité, avec 20% d'opinions favorables, dans la
dernière livraison du baromètre Ipsos-Game Changer pour Le
Point.
    Cette enquête, publiée mercredi, a été réalisée les 7 et 8
décembre, soit avant l'allocution du chef de l'Etat, qui a
annoncé lundi des mesures en faveur du pouvoir d'achat dans
l'espoir de dénouer la crise. 
    ---
    MIGRANTS-LA COUR DE CASSATION ANNULE LA CONDAMNATION DE
CÉDRIC HERROU
    PARIS - La Cour de cassation a partiellement annulé mercredi
la condamnation prononcée en appel à l'encontre de l'agriculteur
et défenseur des migrants à la frontière transalpine Cédric
Herrou, il y a près d'un an et demi.
    L'agriculteur Cédric Herrou avait été condamné à quatre mois
de prison avec sursis pour aide à l'immigration clandestine en
août 2017 par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence.
    Les juges se sont fondés sur la nouvelle version du Code de
l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile
(CESEDA), amendé en septembre à la suite d'une décision du
Conseil d'Etat sur le "délit de solidarité", qui a élargi les
exemptions pénales pour les personnes qui aident les migrants
dans un but exclusivement humanitaire.

 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

12.15 +31.21%
4218.56 -3.05%
3.121 -10.60%
2.155 +13.90%
31.365 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer