Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Espagne exclut d'aider Sacyr pour le canal de Panama

Reuters06/01/2014 à 19:35

LE GROUPE SACYR SEUL FACE AU CONTENTIEUX SUR LE CANAL DE PANAMA

PANAMA (Reuters) - L'Espagne n'apportera pas d'aide financière au groupe Sacyr, empêtré dans un contentieux sur des dépassements de coûts dans le chantier de l'agrandissement du canal de Panama, a déclaré lundi son ambassadeur dans le pays.

"Le gouvernement espagnol n'est pas partie prenante ; c'est un problème entre les entreprises et leur client", a dit Jesus Silva, qui accompagnait la ministre espagnole des Travaux publics, Ana Pastor, à des réunions avec les responsables du consortium emmené par Sacyr.

La ministre devait ensuite être reçue par le président panaméen Ricardo Martinelli, qui a la semaine dernière fustigé la "grande irresponsabilité" du consortium - le Grupo Unidos por el Canal (GUPC) - quand celui-ci a menacé de suspendre les travaux le 20 janvier si l'opérateur du canal, l'Autorité du Canal de Panama (APC), n'assumait pas les surcoûts.

Outre Sacyr, le GUPC regroupe l'italien Salini Impregilo, le belge Jan De Nul et le panaméen Constructora Urbana. Il a chiffré la semaine dernière les dépassements de coûts à 1,6 milliard de dollars (1,17 milliard d'euros) et mis en cause des études géologiques préalables de l'APC.

Le président panaméen a riposté en affirmant avoir eu des assurances de l'Espagne et de l'Italie sur l'achèvement du chantier, un contrat de 3,2 milliards de dollars attribué en 2009.

De son côté, le président de l'Autorité du Canal de Panama, Jorge Quirano, a fait savoir que le Panama était disposé à discuter des dépassements de coûts s'ils se révèlent justifiés.

Dimanche, il a cependant estimé que la lettre de deux pages que le GUPC lui a adressée la semaine dernière ne justifiait pas les surcoûts et il a demandé un complément d'informations.

Si le chantier venait à être interrompu, l'ACP ferait le nécessaire pour assurer son achèvement "par une tierce partie ou par l'ACP", a-t-il dit au journal espagnol El Pais.

Le consortium avait remporté le contrat en 2009 avec une offre à 3,12 milliards de dollars, bien inférieure à celles de ses concurrents et même au budget de référence - 3,84 milliards - retenu par l'ACP.

Moins de six mois plus tard, le président Martinelli, son vice-président Juan Carlos Varela et d'autres hauts responsables exprimaient déjà des doutes sur l'achèvement du projet, selon des documents diplomatiques américains publiés par Wikileaks.

L'agrandissement du canal, pour un coût total d'environ 5,3 milliards de dollars, est l'une des priorités de Ricardo Martinelli dont le mandat prend fin en milieu d'année.

L'enjeu est également important pour Sacyr, qui avait à fin septembre un endettement trois fois supérieur à sa capitalisation boursière. Le groupe de construction a réalisé 55% de son chiffre d'affaires hors d'Espagne sur les neuf premiers mois de 2013 et Panama a contribué pour 25% à ces 1,3 milliard d'euros réalisés à l'international.

Lomi Kriel et Elida Moreno, Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.