Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'EPR est menacé du "syndrome Rafale", mais pas condamné

Reuters06/12/2012 à 10:52

MALGRÉ SON COÛT, L'EPR POURRAIT PARVENIR À S'EXPORTER

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Le réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR présente tous les symptômes très français d'une technologie de pointe coûteuse, à l'image du Rafale de Dassault Aviation, mais certains observateurs estiment que ses déboires ne réduisent pas pour autant à néant ses espoirs à l'exportation.

La capacité de la filière nucléaire française à nouer de nouveaux partenariats pour réduire le coût des investissements, décisive, s'annonce toutefois compliquée à court terme par la sortie de l'italien Enel du projet de centrale EPR de Flamanville (Manche).

Evalué en 2003 à 3,3 milliards d'euros, le coût de construction de l'EPR a quasiment doublé sur le chantier finlandais dirigé par Areva, concepteur du réacteur, et atteint désormais 8,5 milliards sur celui de l'électricien EDF, à Flamanville.

"La complexité coûte cher et c'est l'une des raisons de la dérive", souligne Jean-Marie Chevalier, spécialiste de l'énergie à l'université Paris-Dauphine.

"Est-ce qu'on ne voit pas trop grand ? N'y a-t-il pas une limite aux économies d'échelle ? C'est lié à une croyance française selon laquelle plus on fait gros, moins ça coûte cher."

Pour expliquer les surcoûts de l'EPR Flamanville, EDF met en avant le fait qu'il s'agit de la première centrale nucléaire construite en France depuis 15 ans et qu'elle constituera une "tête de série".

EDF et Areva soulignent en outre qu'ils bénéficient déjà des premiers retours d'expérience de leurs projets finlandais et français dans le cadre des deux EPR en construction à Taishan, en Chine, qui progressent bien.

"Même si les chantiers français et finlandais posent problème, je ne pense pas qu'on puisse parler de ?syndrome Rafale'", estime Thibaud Bréjon de Lavergnée, chargé d'études pour le cabinet Xerfi.

LA RENTABILITÉ JUGÉE SUR PIÈCE

"Le prix des nouvelles centrales va forcément augmenter avec Fukushima et le durcissement des contraintes réglementaires. Ensuite, le potentiel de croissance du marché nucléaire à l'échelle mondiale est encore énorme et le positionnement de la filière française reste bon", ajoute-t-il.

"Si, dès aujourd'hui, (la filière française) démontre qu'elle maîtrise le chantier chinois dans les temps et les coûts prévus, ça peut être un réel atout pour la suite."

Même si son objectif d'engranger dix commandes d'EPR en cinq ans semble de plus en plus difficile à atteindre, Areva souligne de son côté qu'il mise sur les projets nucléaires de l'Arabie saoudite, de la Pologne ou encore de l'Afrique du Sud, le groupe cherchant aussi à finaliser une commande de deux réacteurs en Inde.

La rentabilité de l'EPR sera en outre jugée sur pièce, estiment certains experts, pour qui la disponibilité théoriquement supérieure du réacteur, sa durée de vie d'un minimum de 60 ans et ses coûts de maintenance réduits devront être intégrés dans les calculs.

A court-terme, la décision d'Enel de sortir de Flamanville pourrait cependant contrarier la recherche de nouveaux partenaires d'EDF, en particulier au Royaume-Uni, où le groupe discute actuellement avec les autorités les conditions d'implantation de deux premiers EPR.

DIVERSIFICATION DE L'OFFRE

George Borova, partenaire du cabinet d'avocats Pillsbury, souligne que "les investisseurs et les partenaires stratégiques peuvent rapidement quitter les projets de nouvelles constructions quand ils perçoivent que les fondamentaux ne sont pas là", tout en se disant confiant pour le programme britannique.

"Ce qui se trouve (...) assez difficilement, ce sont les investisseurs qui prennent un risque opérationnel de construction", estime pour sa part un banquier parisien spécialiste de l'énergie.

Conçu après la catastrophe de Tchernobyl de 1986 pour être le réacteur le plus sûr le plus puissant au monde, l'EPR avait déjà été la cible de vives critiques, début 2010, après avoir été écarté d'un appel d'offres géant à Abou Dhabi au profit du modèle moins coûteux proposé par la Corée du Sud.

Les nouvelles difficultés du chantier de Flamanville plaident par ailleurs en faveur d'une diversification de l'offre française, déjà engagée avec le réacteur Atmea d'Areva et le projet d'un nouveau modèle, lui aussi de moyenne puissance, avec les chinois.

Avec Muriel Boselli et Matthieu Protard, Karolin Schaps à Londres, édité par Jean-Michel Bélot


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.