Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'épargne salariale est encore trop investie en fonds monétaires

Newsmanagers01/06/2015 à 16:15

(NEWSManagers.com) -

Plus de 43 % en moyenne des avoirs détenus en épargne salariale & retraite sont investis en produits de trésorerie de court terme, selon le 2ème Bilan©, le Bilan Patrimoine Salariés réalisé par Amundi Epargne Salariale et Retraite ( ESR) qui a analysé les données au 31 juillet 2014, d'une part, d'un panel de 168 grandes entreprises (GE), soit 790 000 porteurs, et d'autre part d'un panel de 628 ETI, soit 286 000 porteurs. Ces deux benchmarks couvrent environ 6 % de la population salariée du secteur privé.

Premier constat, les salariés des ETI et des grandes entreprises (GE) détiennent respectivement 48 % et 45 % de leurs avoirs en monétaire au sein de leur allocation d'actifs dans leur Plan d'Epargne Entreprise (PEE). Malgré un horizon plus lointain pour leur retraite (horizon long terme évalué en moyenne à 19 ans si on prend l'hypothèse d'un départ en retraite à 65 ans), ces derniers détiennent encore respectivement 43 % (ETI) et 37 % (GE) de leurs avoirs en monétaire au sein de leur PERCO. Plus d'un tiers des avoirs en monétaire sont des avoirs disponibles, autrement dit non bloqués, relève l'étude.

De même, les versements récents (sur un an glissant au 31 juillet 2014) des salariés des ETI et des GE ont été respectivement réalisés à 53 % et 48 % sur des fonds monétaires.

L'analyse fait ressortir que les salariés choisissent des supports d'investissement moins risqués dans les PERCO que dans les PEE, alors même que leur horizon de placement est, par définition, généralement plus long. En effet, le niveau de risque moyen (sur une échelle de 1 à 7, 7 représentant un niveau de risque le plus élevé) ou SRRI des fonds sélectionnés par les salariés d'ETI ressort à 2,3 et à 2,7 pour ceux des GE au sein de leur PERCO(sur le PEE, le niveau de risque constaté moyen est de 2,7 pour les salariés d'ETI et de 2,9 pour ceux des GE).

Ce comportement d'investissement averse au risque est encore plus marqué chez les plus jeunes (niveau de risque de 1,9 pour les salariés d'ETI de moins de 30 ans), en contradiction avec les anticipations intuitives et les résultats d'enquêtes d'intention.

Par ailleurs, l'étude montre une appropriation réduite des dispositifs d'épargne salariale par les salariés, avec peu de fonds utilisés par porteur - respectivement 1,7 et 1,6 fonds détenus par porteur pour les ETI et les GE dans le PEE, et 1,4 (ETI) et 1,5 (GE) fonds par porteur dans le PERCO, et peu d'arbitrages: seuls 2 % des salariés d'ETI et 1,4 % des salariés de GE ont fait des arbitrages sur l'année écoulée.

L'offre de fonds mise à disposition par les entreprises à leurs salariés ne permet pas d'expliquer ces comportements, la majorité des entreprises ayant une offre de gestion suffisamment diversifiée et complète, notamment en fonds autres que monétaires (nombre moyen de 5,7 fonds proposés, que ce soit dans les ETI ou les GE).

Malgré des rendements au plus bas, l'analyse révèle que les salariés bénéficiant d'un plan d'épargne salariale investissent toujours massivement dans des fonds monétaires. Pour améliorer cette situation, la formation et la communication apparaissent incontournables: les salariés doivent s'approprier tant les dispositifs d'épargne salariale que les principes de gestion pour investir en connaissance de cause et optimiser leur épargne.

" L'étude des entreprises dans lesquelles les comportements des salariés sont plus orientés vers la performance -en détenant moins de fonds monétaires- nous indique une forte appropriation des dispositifs par les salariés, résultant d'une communication importante de l'entreprise et/ou d'une implication forte des partenaires sociaux et/ou d'une implication des salariés dans ces démarches. Cela confirme le challenge que les salariés nous lancent mais également à leur entreprise, pour améliorer encore l'information sur les placements et les aider dans leur choix d'allocation au sein de leur épargne salariale" , selon Xavier Collot, Directeur adjoint ligne métier Epargne Salariale et retraite chez Amundi.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.