Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'envolée des ventes de RICHEMONT et BURBERRY déclenchent des prises de bénéfices sur le luxe
information fournie par AOF16/07/2021 à 16:00

(AOF) - Richemont et Burberry ont reculé de près de 1% et de 5% aujourd'hui, entrainant le reste du luxe dans leur sillage, et notamment les français LVMH, Kering et Hermès. Le géant suisse, propriétaire de Cartier, Van Cleef ou bien encore IWC tout comme l'inventeur britannique du trench, ont pourtant dévoilé des ventes en très forte hausse au titre de leur premier trimestre fiscal (l'équivalent du deuxième trimestre pour nos stars nationales). En réalité, les investisseurs ont pris prétexte de ces très belles performances pour prendre une partie de leurs bénéfices sur des valeurs très recherchées.

Richemont a publié un chiffre d'affaires trimestriel en très forte progression grâce au rebond des ventes post-pandémie. Preuve de la vigueur retrouvé de la consommation, le géant du luxe, le groupe fait même mieux qu'en 2019.

Au premier trimestre de son exercice 2021, soit au cours de la période de trois mois close fin juin, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 4,397 milliards d'euros, en hausse de 129% à change constant. Par rapport à 2019, la hausse atteint 22%.

Dans son communiqué, Richemont souligne la surperformance de ses maisons de joaillerie et d'horlogerie, dont les ventes ont respectivement bondi de 142% et 143%.

A l'image du reste du secteur, l'activité du groupe a bénéficié à plein de l'appétit des Asiatiques et des Américains pour le luxe. Les ventes en Asie Pacifique, hors Japon, ont bondi de 95% à 1,933 milliard d'euros. Celles dans les Amériques ont grimpé de 276% à 955 millions.

Ce matin, Invest Securities a salué un chiffre d'affaires "brillant".

"Ces performances préparent à une moisson pour l'ensemble des acteurs du luxe qui publieront simultanément pour le premier semestre chiffre d'affaires et résultats qui devraient dépasser les attentes. Mais tempère le courtier, elles posent d'ores et déjà le problème de la normalisation à venir des performances futures.

Au premier trimestre de son exercice fiscal 2022, soit au cours de la période 13 semaines close fin juin, Burberry a lui réalisé un chiffre d'affaires de 479 millions de livres, en hausse de 98% à taux de change constants.

La marque au tartan a laissé ses prévisions 2022 inchangées, à l'exception du wholesale (la vente en gros à des distributeurs) dont les ventes sont désormais attendues en hausse de 60% au premier semestre. La société a également prévenu que les effets de change auront un impact négatif de 114 millions de livres sur les ventes et de 40 millions sur le résultat opérationnel ajusté 2022.

Le groupe de luxe a par ailleurs assuré que l'objectif à moyen terme d'une croissance proche de 10% ('high single-digit') du chiffre d'affaires et d'une amélioration significative de la marge reste bien orienté.

Valeurs associées

Euronext Paris +2.36%
Euronext Paris +0.48%
Euronext Paris +1.39%
LSE +0.67%
Swiss EBS Stocks +1.53%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 16/07/2021 à 16:00:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.