Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« L'embellie, jusqu'où ? » par Véronique Riches-Flores (Cercle des analystes indépendants)

Boursorama 03/04/2015 à 18:56

La zone euro connaît une embellie économique depuis quelques mois.

La zone euro profite actuellement d'une conjoncture beaucoup plus favorable. Mais, paradoxalement, le reste du monde ne suit plus et les effets de la baisse de la devise européenne pourraient décevoir estime Véronique Riches-Flores, économiste, fondatrice de RF Research et membre du Cercle des analystes indépendants.

Le fait est suffisamment rare pour être souligné, la zone euro caracole en tête de la conjoncture mondiale. Certes la croissance y est encore bien maigre, à peine 0,9 % au cours des quatre derniers trimestres écoulés, contre 2,4 % aux États-Unis, pour autant s'il est une région du monde où l'amélioration va bon train c'est bien en zone euro ces temps-ci. Au point, sans doute, que les perspectives seront assez substantiellement revues à la hausse par les économistes dans les prochaines semaines. La confiance est donc de rigueur, jusqu'où peut-elle nous pousser ?

Evolution de la confiance des ménages en zone euro

C'est acquis la zone euro redémarre. Et pour cause, les deux principales entraves à la croissance de ces dernières années ont été levées de concert : la restriction budgétaire d'une part, l'euro de l'autre, avec en prime un écrasement exceptionnel des cours du pétrole. La réaction ne s'est pas fait attendre : la confiance des ménages s'envole et leurs dépenses décollent. En moins de six mois le contexte domestique a fait volte-face, passant d'une  situation de récession-déflation latente  à celle d'une embellie généralisée. Depuis son point bas de novembre, le baromètre de confiance des consommateurs européens a gagné quasiment huit points, les ménages redevenant confiants non seulement sur la situation économique générale mais également sur les perspectives du marché de l'emploi, cette composante de l'enquête de la Commission étant d'ailleurs celle qui a le plus progressé. À en juger par la relation entre la confiance et la consommation, cette dernière semble bien partie pour s'accélérer substantiellement en ce début d'année. Les témoins sont d'ailleurs déjà allumés. En France, les dépenses de consommation affichent en février une hausse de 3 % par rapport l'an dernier, leur plus forte progression en quatre ans ; en Italie, les immatriculations sont en hausse annuelle de 16 %, le chiffre atteint 24 % en Espagne, 34 % au Portugal, 9 % en Allemagne,  5 % en France.

Confiance des ménages et consommation en zone euro

Alors est-ce parti pour déboucher sur une embellie durable, comme cela a généralement été le cas lors de phases comparables du passé ? La réponse par l'affirmative est tentante mais n'est guère plausible tant que perdurent les incertitudes actuelles sur l'environnement international, que ce soit du côté américain ou de celui des pays émergents. Car, à l'inverse de ce qui se produit en zone euro, la conjoncture du reste du monde a plutôt eu tendance à se détériorer ces derniers mois, en témoigne le repli de l'indicateur synthétique calculé par l'OCDE de confiance dans l'industrie mondiale. En d'autres termes, la demande internationale n'est pas au rendez-vous, bien au contraire. Si cela n'a pas trop d'importance à ce stade de la reprise, il pourrait en être différemment dans quelques mois. Sans reprise des exportations, difficile d'envisager un rebond de l'investissement suffisant pour pérenniser la croissance de demain, en particulier sur le front de l'emploi.  En somme, les effets de la chute de l'euro pourraient donc décevoir, non pas en matière de marges des entreprises, l'impact étant quasiment mécanique, mais en matière de croissance future des exportations.

Confiance des ménages et commandes à l'exportation

La baisse de l'euro ne donne pas l'assurance, en effet, d'une remontée des volumes exportés. En l'absence de demande, et dans un contexte mondial déjà détérioré, elle se révèle particulièrement difficile à absorber par nos concurrents américains et asiatiques, avec pour résultat de peser sur leur croissance et leurs importations.... Les débouchés escomptés du regain de compétitivité du taux de change sont ainsi en partie confisqués. Le Japon a fait l'expérience de l'échec de la baisse de sa devise comme instrument de sortie de crise depuis deux ans et il pourrait en être de même pour la zone euro.

Les initiatives en matière de soutien à l'investissement sont, dans un tel contexte, assurément bienvenues, sous réserve, toutefois, que les investissements de demain s'accompagnent d'une croissance de la demande qui, si elle ne vient de l'international devra être domestique. Paradoxalement, c'est donc sur ce dernier front, qu'il faudra que nos responsables de politique économique fassent porter tous leurs efforts pour consolider la croissance européenne.

Véronique Riches-Flores

Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d'analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Mes listes

valeur

dernier

var.

9.13 +1.97%
4.754 +0.51%
1.15742 +0.01%
0.00%
24.6 +5.13%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.