Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

L'Efama et Fitch relèvent les incertitudes opérationnelles de la nouvelle régulation des fonds monétaires
information fournie par Newsmanagers14/12/2016 à 10:30

(NEWSManagers.com) - Après la signature le 7 décembre de l'accord sur la régulation des fonds monétaires par le conseil des ministres à l'occasion d'une réunion du Comité des représentants permanents (Coreper) et celle, le 8 décembre, de la Commission économique du Parlement européen, l'Association européenne des gestionnaires d'actifs ( Efama) a salué les travaux accomplis pour améliorer et rendre plus fonctionnelle les propositions initiales de la Commission européenne. Tout en soulignant quelques points de faiblesse.

" Les membres de l' Efama gèrent à la fois des fonds monétaires à valeur liquidative variable (VNAV) et des fonds à valeur liquidative constante (CNAV). Dès le début, nous avons indiqué qu'une régulation équilibrée et mesurée qui assure la viabilité des fonds CNAV et VNAV peut favoriser le développement de sources de financement alternatives pour l'économie réelle, un élément clé de l'initiative phare de la Commission européenne pour la création d'une Union des marchés de capitaux (CMU)" , commente Peter de Proft, directeur général de l' Efama, cité dans un communiqué.

Cela dit, l'association professionnelle estime que les défis opérationnels liés à la gestion des fonds VNAV ont été quelque peu minimisés. L'une des interrogations majeures que suscite l'accord porte sur le calcul de la liquidité des fonds monétaires. L' Efama considère que sur cette problématique de la liquidité, l'absence d'une approche basée sur des principes va compliquer la tâche des acteurs pour déterminer si les seuils arbitraires fixés dans l'accord final pourront fonctionner dans différents scénarios de marché. L' Efama regrette également que les fonds monétaires ne puissent pas opérer comme des fonds de fonds, une structure souvent utilisée par les gérants de fonds VNAV pour des raisons de diversification. L' Efama s'interroge aussi sur le fonctionnement des nouvelles règles touchant la diversification. Enfin, l'association relève quelques difficultés pratiques pour la mise en oeuvre des exigences sur la connaissance de la clientèle, le fameux " Know Your Customer" , et, de son point de vue, les examens périodiques sur la qualité de crédit interne ne seront pas possibles pour les plus petits acteurs du marché.

De son côté, l'agence d'évaluation financière Fitch Ratings estime que la décision d'imposer la mise en place de " liquidity fees" ou de " redemption gates" pour contrer les demandes de rachats massifs de parts pendant les périodes de fortes turbulences sur les marchés va créer des incertitudes sur l'évolution de la demande des investisseurs. Toutefois, l'agence estime que le marché européen ne devrait pas connaître les mêmes perturbations que celles observées sur le marché américain. L'impact des nouvelles règles sera atténué par l'introduction d'un nouvelle catégorie de fonds monétaire, le fonds dits à faible volatilité (LVNAV). Elle estime aussi que les fonds européens qui investissent dans la dette souveraine seront moins intéressants pour les investisseurs que leurs équivalents américains.

Malgré les améliorations apportées au texte, " on ne peut pas ignorer un certain nombre de points d'interrogation sur les conséquences potentielles de différentes parties de l'accord. Il reste à voir si les plus petits acteurs pourront continuer à opérer, compte tenu d'exigences en matière d'information et de compliance beaucoup plus élaborées, alors que les marges restent faibles" , conclut Peter De Proft.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.