Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'édito de la semaine : « L'économie française comme avant » (Nicolas Bouzou)

Boursorama15/10/2010 à 18:00
Malgré le retour de la croissance, l'économie française dispose d'un problème de compétitivité structurelle qui la rend très sensible à l'appréciation de l'euro estime Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès.

Les chiffres de l'économie française, pour 2010, s'annoncent médiocres. En même temps, ils s'inscrivent dans une tendance de moyen terme. Depuis 10 ans, notre croissance annuelle moyenne a été de 1%, soit quasiment la moitié de la moyenne des pays de l'OCDE. En économie, la méthode Coué ne sert à rien, et nulle part il n'a été montré que le volontarisme des mots engendrait l'optimisme puis la croissance. Au contraire, pour réussir, mieux vaut être conscient de ses faiblesses.

Commençons néanmoins par ce qui va bien (ou, plus exactement, ce qui va mieux). La croissance, déjà, est de retour. Cette année, le PIB progressera d'environ 1,7%, peut-être même un peu plus. Sur ce rythme là, en deux ans, on aura effacé la chute de PIB de 2,5% de 2009. Les entreprises ont commencé à restocker. Ce mouvement est par nature temporaire, mais il montre au moins que le secteur privé anticipe un peu plus de demande, notamment en provenance de l'étranger, et qu'il en tire des conclusions sur le niveau de produits finis dont il doit disposer. Cet effet, dit d'accélérateur, explique le chiffre correct de la croissance du deuxième trimestre. Ce faisant, l'emploi se reprend. Certes un tout petit peu. Les entreprises ont créé 60.000 emplois au 1er semestre (beaucoup dans l'intérim, ce qui est normal vu le niveau d'incertitude), là où la crise en a fait perdre 125.000. Mais disons que le chemin emprunté est le bon. La consommation des ménages résiste. Les données de biens manufacturés semblent montrer qu'elle a terminé l'été plus haut qu'elle ne l'avait commencé, seule l'automobile plongeant.

Mais c'est d'une certaine façon là que le bat blesse. Car si la consommation ne pose pas trop de problèmes, les entreprises, elles, restent plus que frileuses. L'investissement progresse à peine (et uniquement pour des motifs de renouvellement). Surtout, les exportations restent lentes alors même que le contexte est plutôt favorable. La croissance mondiale dépassera 4% cette année, et beaucoup de pays émergents tournent autour de 10%. Voilà bien la clé pour les pays riches : comment importer cette croissance ? De ce point de vue, l'Allemagne montre le bon chemin. Ses exportations à destination des pays émergents se situent aujourd'hui sur des rythmes de progression de l'ordre de 50%, avec des effets d'entraînement très visibles sur la croissance globale (quelle ironie au passage : c'est l'Allemagne à fort coût de main d'oeuvre qui équipe les usines des pays à faibles coûts de main d'oeuvre !). La France, elle, se satisfait d'un marché intérieur que les tensions sur les finances publiques finiront par endommager. Et à l'export, un manque structurel de compétitivité hors prix la rend très sensible à l'appréciation de l'euro. Finalement, une grande partie de l'agenda de la politique économique hexagonale est simple : comment faire de la rigueur budgétaire sans affecter la croissance potentielle et en augmentant notre compétitivité ? Plus dur : comment faire en sorte que l'euro ne soit plus le dindon mondial de la farce de la manipulation des taux de change ? De la réponse à ces deux questions dépend notre avenir.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.