Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Edito d' Etienne Gorgeon - Mars 2012 (EDRIM)

Boursorama16/03/2012 à 19:47
Edito – Mars 2012

Après avoir abaissé le taux directeur de la BCE et offert en cadeau de Noël un LTRO (Long Term Refinancing Operation) de 489 mds €, Mario Draghi joue les prolongations. Le 29 février, il a octroyé un nouveau montant record de liquidités à quelques 800 banques : 529 mds €. Au total, la BCE a fait en 2 mois ce que la Fed a fait en 2 ans.
L’idée est louable : pour huiler les rouages du marché interbancaire, la BCE prête au taux négligeable de 1% sur 3 ans. Des conditions très préférentielles. Un cercle vertueux doit alors se mettre en place : les banques comblent leurs besoins en liquidités, la confiance est restaurée. Puis elles distribuent des crédits aux ménages et aux entreprises. Parallèlement, elles peuvent acheter des obligations d’Etat à apporter en collatéral à la BCE. Les taux d’emprunts souverains retrouvent des niveaux soutenables, éloignant le spectre de l’insolvabilité. Des effets positifs sont directement visibles. L’Italie en est l'illustration. Alors qu’elle ne pouvait pas se financer à 2 ans à moins de 7% en novembre, ses émissions trouvent preneurs à moins de 2% aujourd’hui. Les banques espagnoles et italiennes achètent des emprunts d’Etat domestiques. Mais au-delà de la bouffée d’oxygène que ce second LTRO apporte, des questions demeurent. D'une part, la pression réglementaire imposant aux banques d’améliorer leurs ratios de solvabilité, donc réduire la taille de leur bilan, ne les incite pas à redistribuer ces liquidités. D'autre part, le prêt est à durée déterminée. Dans 3 ans, les banques devront rembourser la BCE. Dans cette perspective, la tentation de jouer la fourmi et de se préserver un matelas est forte. L’opération relève donc de la procrastination. Sauf que dans le même temps, elle a porté le bilan de la BCE à plus de 30% du PIB de la zone euro. Jusqu’où peut-elle encore aller ?
En tout état de cause, ce second LTRO est dans l’immédiat une bouffée d’air frais qui bénéficie à tous les segments obligataires et donne un second souffle au rallye de début d’année. Autant en profiter.

Etienne Gorgeon
Directeur de la Gestion Taux et Crédit
Edmond de Rothschild Investment Managers

Mes listes

valeur

dernier

var.

99.86 -0.02%
11.7 +0.04%
5.104 -0.51%
0.514 +0.59%
62.6 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.