Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'économie iranienne a beaucoup à gagner de l'accord de Lausanne

Reuters03/04/2015 à 20:50

L'ÉCONOMIE IRANIENNE A BEAUCOUP À GAGNER DE L'ACCORD DE LAUSANNE

par Andrew Torchia

DUBAI (Reuters) - L'accord conclu jeudi à Lausanne sur le programme nucléaire iranien pourrait, s'il débouche sur un règlement définitif d'ici la fin juin, ouvrir la voie à un réveil économique de la République islamique, aujourd'hui tenue à bonne distance de l'économie mondiale par de multiples sanctions.

"Nous nous préparons à ce moment depuis dix ans", a déclaré par téléphone Ramin Rabii, directeur général de Turquoise Partners, une société d'investissement installée à Téhéran qui gère environ 200 millions de dollars d'actifs.

Ces derniers mois, a-t-il expliqué, Turquoise a été en contact avec des centaines d'investisseurs potentiels étrangers au sujet d'opportunités susceptibles de naître d'une levée des sanctions internationales.

Pour l'instant, l'Iran est exclu du système bancaire international et son commerce extérieur est brimé par les sanctions. Une levée de celles-ci pourrait donc se traduire par des contrats chiffrés en dizaines de milliards de dollars pour les entreprises locales et étrangères.

Le retour de Téhéran sur la scène internationale pourrait aussi rebattre les cartes de l'influence économique dans la région du Golfe, pour l'instant concentrée entre les mains de quelques Etats exportateurs de pétrole.

"Les discussions préparatoires ont déjà commencé entre l'Iran et certains gros investisseurs occidentaux", dans des domaines comme le pétrole et l'automobile, explique l'économiste Mehrmad Emadi, né en Iran et qui travaille aujourd'hui pour le cabinet londonien Betamatrix. "Maintenant, la dynamique va s'accélérer."

Il estime qu'un accord définitif sur le nucléaire pourrait doper de deux points dès la première année, à plus de 5%, la croissance de l'Iran, dont le produit intérieur brut (PIB) avoisine aujourd'hui 380 milliards d'euros.

UNE CROISSANCE DE 7 À 8% EN VUE ?

Et la hausse du PIB pourrait atteindre 7 à 8% sur les 18 mois suivants, soit un rythme comparable à celui dont ont bénéficié les "tigres" asiatiques au plus fort de leur boom économique.

Pour Ramin Rabii, "l'industrie iranienne produit actuellement à environ 60 à 70% de ses capacités. Trente pour cent sont à l'arrêt, à cause des sanctions."

Les échanges commerciaux entre l'Iran et l'Union européenne, qui ont représenté 7,6 milliards d'euros l'an dernier, pourraient être multipliés par cinq d'ici la mi-2018, ajoute Mehrmad Emadi.

En cas d'accord définitif, il faudra probablement des années pour démanteler l'écheveau des sanctions adoptées par les Etats-Unis, l'Union européenne et les Nations unies, qui portent aussi bien sur les hautes technologies que sur la finance, le transport maritime et l'énergie.

De ce fait, les exportations pétrolières iraniennes ramenées de 2,5 millions de barils par jour (bpj) en 2012 à environ 1,1 million de bpj aujourd'hui, pourraient ne recommencer à augmenter qu'en 2016.

En revanche, des analystes estiment que les Etats-Unis pourraient lever très rapidement la mesure considérée comme la plus dommageable aujourd'hui, qui fait de l'Iran une zone de blanchiment d'argent, en application du "Patriot Act".

Une telle décision aurait un impact important sur le commerce et l'investissement puisqu'elle permettrait aux banques étrangères de réaliser des transactions avec l'Iran sans craindre d'être pénalisées aux Etats-Unis.

L'Iran pourrait aussi être réintégré dans le système international de paiement SWIFT, dont il a été exclu en 2012, dans les trois mois suivant un accord définitif, estime Mehrmad Emadi.

(Marc Angrand pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.