Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'économie britannique se contracte bien plus que prévu

Reuters25/07/2012 à 16:00

LA CROISSANCE BRITANNIQUE

par David Milliken et Olesya Dmitracova

LONDRES (Reuters) - L'économie britannique s'est contractée bien plus que prévu au deuxième trimestre 2012, une météo particulièrement humide et les jours fériés supplémentaires liés au jubilé de la reine ayant pesé sur une activité déjà plombée par la crise de la dette de la zone euro et l'austérité budgétaire.

Le ministre des Finances George Osborne a cependant souligné que les éléments exceptionnels comme la météo ou le jubilé "n'excusaient pas" cette baisse de la production, ajoutant que ces statistiques décevantes ne faisaient que rappeler que le pays avait "des problèmes économiques profondément ancrés".

Selon les chiffres publiés mercredi par l'Office national des statistiques (ONS), le produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne a reculé de 0,7% d'un trimestre à l'autre après un repli de 0,3% sur les trois premiers mois de l'année; les économistes prévoyaient en moyenne un recul de 0,2%.

Ces chiffres confirment que le pays est entré à la fin de 2011 dans sa deuxième récession en quatre ans. Il a désormais enchaîné trois trimestres consécutifs de contraction.

Ils devraient ajouter à la pression qui s'exerce sur le gouvernement pour qu'il pilote un retour à la croissance alors que la crise a appauvri de nombreux ménages outre-Manche, la hausse des prix et de la fiscalité ayant confisqué les maigres hausses de salaires dont ils ont pu bénéficier.

La livre sterling a touché son plus bas en deux semaines vis-à-vis du dollar à la suite de ces statistiques, alors que l'emprunt souverain progressait sur des spéculations selon lesquelles la Banque d'Angleterre (BoE) devrait prendre des mesures de soutien à l'économie plus énergiques que prévu.

La BoE a annoncé au début du mois un troisième cycle d'assouplissement de sa politique monétaire, en annonçant 50 milliards de livres (62 milliards d'euros) de rachats d'actifs, mais ces chiffres devraient alimenter les spéculations d'une prochaine baisse des taux d'intérêt dans le courant de l'année.

STATISTIQUES EFFROYABLES

"Ce sont des statistiques effroyables. Franchement, il ne ressort absolument rien de bon de ces chiffres", commente Peter Dixon, économiste chez Commerzbank.

"L'économie semble s'être enfoncée sous la ligne de flottaison à ce stade. C'est bien pire au niveau de l'activité sur cette période que ce que nous attendions."?

La baisse du PIB d'un trimestre à l'autre est la plus marquée depuis le premier trimestre 2009 et l'ONS note que l'activité économique du pays est désormais inférieure de 0,3% à son niveau du deuxième trimestre 2010, durant lequel est entrée en fonctions l'actuelle coalition au pouvoir composée de conservateurs et de libéraux-démocrates.

La production dans les services, qui représente plus des trois quarts du PIB, s'est contractée de 0,1% au second trimestre après une croissance de 0,2% au premier.

La production industrielle a baissé de 1,3% avec, pour la construction - qui représente moins de 8% du PIB - un recul de 5,2%, plus forte contraction depuis le premier trimestre 2009.

Sur un an, la baisse du PIB est de 0,8%, soit la plus forte depuis les trois derniers mois de 2009.

Avant ces chiffres, la plupart des économistes anticipaient un retour à la croissance au troisième trimestre, grâce au coup de pouce attendu des Jeux olympiques de Londres.

Certains estiment que les chiffres de l'emploi suggèrent que l'économie est plus vigoureuse que ce qui ressort du PIB.

Quoiqu'il en soit, les perspectives sont moroses. La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) a fortement abaissé ses prévisions de croissance de la Grande-Bretagne, plus que celles des autres économies développées, et averti la BoE et le gouvernement qu'ils devraient revoir leur approche si l'économie ne se redresse pas d'ici au début de l'an prochain.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.88 -1.84%
7.96 -0.50%
36.005 -0.73%
115 +0.36%
52.6 -0.53%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.