Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'économie allemande montre des signaux positifs

Reuters06/10/2016 à 10:35
    par Michael Nienaber 
    BERLIN, 6 octobre (Reuters) - L'économie allemande pourrait 
se montrer plus résistante que prévu au second semestre de cette 
année, comme l'a illustré jeudi la statistique des commandes à 
l'industrie en août. 
    Ces données publiées par le ministère de l'Economie 
contribuent à dissiper les craintes, nées d'une série 
d'indicateurs plutôt faibles en juillet, au sujet d'un 
ralentissement prononcé de la première économie européenne dans 
la deuxième partie de l'année. 
    "Enfin une bonne nouvelle avec les commandes à l'industrie", 
s'est réjoui Thomas Gitzel, analyste chez VP Bank, pour lequel 
la persistance d'une demande vigoureuse en provenance des autres 
pays de la zone euro témoigne d'une reprise plus large de 
l'ensemble du bloc. 
    Autre signal positif pour l'Allemagne, la fédération 
industrielle BDI a relevé jeudi sa prévision de croissance du 
produit intérieur brut (PIB) cette année, de 1,7% à 1,9%. 
    "L'économie allemande suit sa trajectoire de croissance", a 
dit le président de la BDI, Ulrich Grillo, en invitant le 
gouvernement à accroître les investissements dans l'éducation, 
les routes et les infrastructures numériques pour poser des 
fondations solides pour la croissance future. 
    Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté de 1,0% 
en août, soit le rythme le plus rapide depuis mars et une 
progression nettement plus dynamique que ce qu'anticipaient les 
économistes interrogés par Reuters, qui attendaient une hausse 
limitée à 0,2%. 
    Les commandes en provenance d'Allemagne ont été 
particulièrement vigoureuses avec une augmentation de 2,6% alors 
que celles en provenance de l'étranger se sont contractées de 
0,2%. Dans cette dernière catégorie, les commandes émanant des 
autres pays de la zone euro ont toutefois augmenté de 4,1%, ce 
qui a quasiment compensé la chute de 2,8% des contrats passés 
par les pays extérieurs au bloc. 
     
    PRÉVISIONS TROP "CONSERVATRICES"? 
    Le chiffre du mois de juillet a en outre été révisé en 
légère hausse avec une progression de 0,3% au lieu de 0,2% donné 
en première estimation. 
    "Les commandes à l'industrie ont été faibles jusqu'à présent 
cette année mais elles sont légèrement remontées récemment", a 
commenté le ministère de l'Economie, en rappelant que les 
récentes études menées par l'institut Ifo sur le moral des 
investisseurs et par Markit auprès des directeurs d'achats 
laissaient augurer une amélioration de la conjoncture. 
    "Globalement, les derniers indicateurs vont dans le sens 
d'une légère progression du secteur industriel sur le restant de 
l'année", a-t-il ajouté. 
    Après une croissance de 0,7% au premier trimestre puis de 
0,4% au deuxième, les économistes s'attendaient jusqu'à présent 
à ce que l'économie allemande perde un peu de vitesse au second 
semestre en raison de la morosité de la demande en provenance 
d'Asie et des Etats-Unis. 
    Les grands instituts économiques allemands ont pourtant 
relevé la semaine dernière leur prévision de croissance pour 
2016 à 1,9%, ce qui serait le taux élevé depuis cinq ans, en 
raison essentiellement du dynamisme de la consommation des 
ménages et de la hausse des dépenses publiques liées à l'accueil 
des migrants. 
    Le gouvernement actualisera vendredi ses propres prévisions 
de croissance pour 2016 et 2017. Il prédit pour l'instant une 
progression du PIB de 1,7% cette année et de 1,5% l'an prochain. 
    "Alors que certains ont jeté l'éponge en ce qui concerne la 
croissance allemande au second semestre de cette année, le vent 
a maintenant tourné", a dit Thomas Gitzel. "Les prévisions pour 
la croissance allemande, récemment relevées, sont peut-être 
encore un peu trop conservatrices." 
    D'autres observateurs ont un avis plus nuancé. 
    "Une hirondelle ne fait pas le printemps", a dit Ralph 
Solveen, économiste chez Commerzbank, au sujet des commandes 
industrielles en août, en jugeant que la tendance globale pour 
le secteur secondaire allemand reste plutôt négative. 
 
 (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.624 +2.30%
4.69 +1.08%
0.327 -0.46%
1.211 -0.49%
15.6 +0.78%
0.63 -20.25%
4.25 -0.23%
63.22 +1.31%
951.56 +1.52%
94.74 +4.66%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.