1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'avertissement d'Apple, mauvais présage pour Wall Street
Reuters03/01/2019 à 08:45

L'AVERTISSEMENT D'APPLE, MAUVAIS PRÉSAGE POUR WALL STREET

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'avertissement lancé mercredi soir par Apple sur son chiffre d'affaires, justifié par la faiblesse des ventes d'iPhone sur les derniers mois de 2018, augure mal du début d'année de Wall Street après un mois de décembre chahuté.

Le groupe à la pomme a annoncé après la clôture des marchés américains avoir revu à la baisse sa prévision de ventes pour le trimestre octobre-décembre en raison du ralentissement des ventes de son produit vedette, notamment en Chine.

Le titre Apple perdait 8% dans les transactions hors séance et les contrats à terme sur l'indice Standard & Poor's 500 s'affichaient jeudi matin en baisse de plus de 1,3%.

"Les gens s'attendaient à un rally de janvier pour commencer l'année. Apple met une sourdine à tout ça", a commenté Daniel Morgan, gérant senior de Synovus Trust. "Cela nourrit les craintes que les estimations pour le trimestre soient trop élevées."

En prenant en compte sa chute hors séance mercredi, la capitalisation boursière d'Apple est repassée sous la barre des 700 milliards de dollars (615 milliards d'euros), contre plus de 1.100 milliards en octobre.

Même s'il pèse désormais moins qu'Amazon et Microsoft, le groupe reste l'un des poids lourds de Wall Street et sa chute risque fort d'affecter le sentiment général des investisseurs.

La nouvelle prévision de chiffre d'affaires trimestriel, à 84 milliards de dollars, est inférieure de près de 12% à l'estimation moyenne des analystes.

LA VALORISATION DU S&P-500 REMISE EN CAUSE ?

L'indice large américain Standard & Poor's 500, qui vient de vivre son pire mois de décembre depuis 1931 avec une chute de 9,18%, est désormais valorisé environ 14 fois les bénéfices attendus, contre 18 fois il y a un an.

Ce repli du multiple cours/bénéfice constitue l'un des principaux arguments des tenants d'un rebond de Wall Street, qui jugent le marché boursier sous-évalué après la correction des derniers mois. Mais l'avertissement d'Apple pourrait remettre en cause leur thèse s'il était le premier d'une longue série.

"Après une vague de révisions à la baisse dans la chaîne d'approvisionnement de l'iPhone en novembre, l'annonce d'Apple n'est pas une grosse surprise", écrivent les analystes de Morgan Stanley dans une note publiée jeudi.

"Mais son ampleur renforce la probabilité d'une nouvelle vague de révisions à la baisse pour le trimestre débutant en mars et aliment le sentiment général négatif", ajoute la banque.

Les analystes financiers tablent pour l'instant sur une croissance de près de 7% des profits des entreprises du S&P-500 cette année, ce qui traduirait un net ralentissement après le bond de 24% des bénéfices par action (BPA) attendu pour 2018 selon les dernières estimations d'IBES-Refinitiv.

Début octobre, la croissance des bénéfices attendue pour 2019 atteignait 10%.

Pour le seul secteur des hautes technologies, la progression des profits devrait être revenue à 12% au quatrième trimestre après +29% au troisième avant de chuter à 2% seulement sur les trois premiers mois de 2019, toujours selon les dernières estimations d'IBES.

(Noel Randewich et April Joyner, Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Valeurs associées

NASDAQ -0.10%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 03/01/2019 à 08:45:11.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5521.71 -0.12%
1.14071 +0.09%
3.431 +0.73%
64.27 -0.79%
21.565 -2.20%

Les Risques en Bourse

Fermer