Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Argentine cherche à reprendre le contrôle de sa dette

Reuters20/08/2014 à 09:47

L'ARGENTINE CHERCHE À REPRENDRE LE CONTRÔLE DE SA DETTE

par Sarah Marsh et Walter Bianchi

BUENOS AIRES (Reuters) - La présidente Cristina Fernandez a présenté mardi un projet de loi visant à convaincre ses créanciers obligataires d'échanger leurs titres contre de nouvelles dettes régies par le droit argentin, une initiative qui illustre la volonté de Buenos Aires de s'affranchir des décisions de la justice américaine.

L'Etat argentin est en défaut technique depuis le mois juillet après le jugement d'un tribunal new-yorkais qui a bloqué le versement de 539 millions de dollars d'intérêts aux détenteurs de dettes restructurées après un précédent défaut en 2002.

Le juge américain Thomas Griesa a estimé que l'Argentine ne pouvait pas procéder à ce paiement tant qu'elle n'aurait remboursé les fonds d'investissement qui avaient rejeté la restructuration de la dette et exige un paiement de la totalité du capital émis initialement.

Cette décision a débouché sur des échanges de plus en plus tendus entre les autorités argentines et la justice américaine. L'Argentine estime que le non-paiement des intérêts dus au 30 juin ne la place en situation de défaut et reproche au juge Griesa d'avoir outrepassé ses pouvoirs en empêchant ce paiement.

Dans ce contexte, le projet de loi dévoilé mardi semble constituer une tentative de Buenos Aires pour reprendre le contrôle de la gestion de sa dette publique.

"Si les détenteurs d'obligations décident - à titre individuel ou collectif - de demander un changement de la législation et de la juridiction de leurs obligations (...), le ministère de l'Economie est autorisé à mettre en oeuvre un échange contre de nouvelles obligations de droit local", a déclaré Cristina Fernandez lors d'une allocution télévisée.

Un nouvel échange de titres ne serait pas dénué de risques juridiques, estiment des analystes. Quoi qu'il en soit, l'annonce du projet de loi éloigne l'espoir d'une résolution prochaine du contentieux entre Buenos Aires et les fonds spéculatifs, donc celui d'une sortie rapide du défaut.

"UN MOMENT DE GRANDE INJUSTICE"

Une prolongation de la crise de la dette risquerait d'aggraver la récession économiques de l'Argentine, la dépréciation de sa monnaie et la diminution de ses réserves de change.

Cristina Fernandez a expliqué qu'une nouvelle restructuration respecterait les modalités des échanges de dette de 2005 et 2010. A l'époque, plus de 90% des créanciers avaient accepté une importante décote sur leurs créances.

La présidente, inflexible dans son refus de payer aux fonds spéculatifs - qu'elle appelle les fonds "vautours" - la totalité du nominal initial de leurs créances, semblait au bord des larmes lors de son allocution.

"Excusez moi si je suis un peu nerveuse, j'ai plus d'assurance d'habitude, mais j'ai vraiment le sentiment que nous vivons un moment de grande injustice pour l'Argentine", a-t-elle dit.

Elle a expliqué que les fonds spéculatifs pourraient participer à la nouvelle restructuration s'ils acceptaient les mêmes conditions que les autres créanciers, une proposition que les fonds new-yorkais ont déjà rejetée à plusieurs reprises.

Le projet de loi qui sera soumis au Parlement prévoit de remplacer Bank of New York Mellon - sur les comptes de laquelle le paiement prévu le 30 juin est gelé - par l'établissement argentin Banco Nacion en tant que centre de transaction pour les titres de la dette argentine.

Dans ce cadre, Banco Nacion ouvrirait un compte auprès de la Banque centrale d'Argentine pour permettre à l'Etat d'effectuer les transactions nécessaires au service de sa dette.

NML Capital et Aurelius Capital Management, les deux fonds qui ont refusé les restructurations antérieures, n'ont pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaires.

(Sarah Marsh et Walter Bianchi; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Mes listes

valeur

dernier

var.

6.85 -1.44%
3.7 -2.37%
0.919 +0.16%
1.166 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.