Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'appétit pour les entrées en Bourse en France reste intact

Reuters20/05/2015 à 15:35

L'APPÉTIT POUR LES ENTRÉES EN BOURSE RESTE INTACTL'APPÉTIT POUR LES ENTRÉES EN BOURSE RESTE INTACT

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - En décidant à deux semaines d'intervalle de reporter leur projet d'introduction en Bourse (IPO), Labco et Solairedirect ont fait craindre un nouvel arrêt brutal des IPO en France après celui observé en fin d'année dernière.

Mais les spécialistes des marchés écartent un tel scénario, estimant que ces deux reports reflètent une démarche désormais plus sélective des investisseurs, alors que le marché des IPO a commencé l'année sur les chapeaux de roues en France.

"On ne peut pas en tirer la conclusion que le marché des IPO est en train de se refermer en France ou plus largement en Europe. L'appétit des investisseurs est toujours là", souligne Greg Revenu, directeur associé de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co. "Par contre, comme il y a plus d'IPO, il est vrai que les investisseurs sont plus sélectifs."

D'après les données Thomson Reuters, neuf entreprises françaises ont fait leur entrée en Bourse au cours du premier trimestre contre quatre IPO entre janvier et mars 2014 et aucune mise sur le marché au dernier trimestre 2014.

Au total, onze sociétés françaises ont pris le chemin de la Bourse depuis le début de l'année, un chiffre identique à celui de l'an dernier.

"Je reste positif pour le marché des IPO. La Bourse est prête à payer le prix pour des actifs de qualité", estime de son côté Thierry Olive, responsable mondial de l'activité ECM (equity capital markets) chez BNP Paribas.

Les mésaventures de Labco et de Solairedirect n'ont d'ailleurs pas dissuadé la société d'investissement Eurazeo de poursuivre le projet d'introduction en Bourse du loueur de véhicules Europcar dont les modalités doivent être présentées à la presse jeudi matin.

Le groupe d'ingénierie électrique Spie, contraint de suspendre son IPO à l'automne dernier, vient également de relancer son projet.

Pour expliquer sa décision de reporter sa mise sur le marché, une source proche du spécialiste aval de l'énergie solaire Solairedirect a indiqué que le groupe n'avait pas atteint le volume d'ordres souhaité, signe de la méfiance des investisseurs.

Le groupe de biologie médicale Labco a quant à lui mis en avant la volatilité des marchés pour justifier le report de son IPO.

LE PRÉTEXTE DE LA VOLATILITÉ

"La volatilité sur les marchés peut amener à des décalages ou des modifications de prix mais elle ne saurait justifier ou expliquer à elle seule le report d'une IPO", fait remarquer Greg Revenu, chez Bryan, Garnier & Co. "La volatilité est souvent mise en avant pour trouver une réponse à un échec."

Chez BNP Paribas, Thierry Olive estime lui aussi que le regain de nervosité sur les marchés européens n'a pas empêché certaines entreprises de mener à bien leur projet.

"En Europe, nous avons eu récemment des IPOs, comme Cellnex en Espagne ou Sixt Leasing en Allemagne, qui se sont très bien passées en dépit de marchés plus volatils", explique-t-il ainsi. "D'autres ont en revanche moins bien marché."

Selon les données Thomson Reuters Datastream, la volatilité de l'indice européen Stoxx 600 s'est accrue depuis le début du deuxième trimestre mais reste en deçà de la volatilité observée en tout début d'année.

Elle est en outre bien en deçà du pic enregistré au début du quatrième trimestre 2014 au cours duquel de nombreuses entreprises européennes, surtout en France, en Allemagne ou en Italie, avaient été contraintes de suspendre leurs projets d'IPO.

"Plusieurs facteurs peuvent expliquer l'échec d'une IPO. Ce peut être l'histoire de l'entreprise elle-même et ses perspectives, ce peut être les termes de l'opération, la capacité de placement du syndicat d'introduction, voire aussi les offres (d'IPO, ndlr) concurrentes au moment de l'opération", explique Greg Revenu.

La société de blanchisserie industrielle Elis, dont Eurazeo détient encore 35% du capital, a reporté son IPO avant de la relancer en début d'année. Le groupe a finalement fait ses premiers pas en Bourse en février.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.