Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Allemagne veut vite monter au capital d'EADS

Reuters24/10/2012 à 17:18

L'ALLEMAGNE VEUT VITE MONTER AU CAPITAL D'EADS

par Matthias Sobolewski

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne est pressée d'augmenter sa participation dans EADS, de crainte de voir Daimler vendre une partie de la sienne sur le marché et saper ainsi l'influence allemande sur la gestion du groupe d'aéronautique et de défense, montre un document gouvernemental que s'est procuré Reuters.

Dans ce rapport destiné à la commission du Budget du Bundestag, la chambre basse du parlement, et daté du 23 octobre, le ministère de l'Economie avertit que Berlin risque de perdre au profit de Paris la bataille en cours pour le partage équitable du contrôle exercé par les Etats sur la stratégie et la gouvernance d'EADS.

Cette démarche intervient moins de deux semaines après l'annonce de l'échec des pourparlers de fusion entre la maison mère d'Airbus et le britannique BAE Systems, échec attribué pour une bonne part aux réticences du gouvernement allemand.

Selon le projet détaillé dans le rapport, la banque publique KfW devrait porter sa participation dans EADS de 1% à 13% en deux étapes d'ici la fin de l'année.

Elle rachèterait dans un premier temps 4,5% du capital à sept institutions financières regroupées au sein du consortium Dedalus, puis la moitié de la participation de 15% actuellement détenue par Daimler.

"L'opération dans son ensemble doit être réalisée rapidement; dans le cas contraire, il existe un risque concret de voir Daimler vendre ses titres sur le marché. Dans ce cas, l'équilibre franco-allemand serait rompu au détriment de l'Allemagne", explique le document du ministère.

Il demande donc au Bundestag de débloquer 1,65 milliard d'euros pour financer la reprise des parts de Daimler. Dans une note, le rapport précise qu'un milliard supplémentaire est nécessaire pour reprendre la participation de Dedalus.

UN DÉSÉQUILIBRE INÉVITABLE

Le gouvernement allemand et KfW ont refusé de commenter ces informations.

Même si Berlin parvenait à mettre ce projet à exécution, le gouvernement d'Angela Merkel risquerait de voir réduite son influence sur EADS à cause d'un pacte d'actionnaires qui empêche de fait KfW de jouir de la totalité des droits de vote liés aux actions qu'elle prévoit de racheter.

Si elle venait à obtenir ces droits, la banque publique serait en principe contrainte de lancer une offre publique d'achat sur le reste du capital pour se conformer au droit boursier néerlandais, qui régit les statuts d'EADS.

"A la lumière de la réglementation néerlandaise sur les OPA et de l'objectif d'éviter une offre d'achat résultant de l'entrée de KfW dans le pacte d'actionnaires, il est inévitable que nos droits de participation diffèrent de ceux de l'Etat français", constate le ministère.

"Le gouvernement fédéral souhaite limiter autant que possible cette différence."

Selon le ministère, KfW a besoin de l'accord du gouvernement français pour rejoindre le pacte d'actionnaires d'EADS. Le rapport précise que les négociations avec Paris avaient atteint une stade très avancé en juillet, avant d'être interrompues début septembre par l'annonce des pourparlers entre EADS et BAE.

"Depuis (l'échec du projet de fusion), les négociations avec la France et Daimler concernant le rachat d'actions ont été vigoureusement poursuivies", ajoute-t-il.

Un porte-parole de Daimler a réaffirmé la volonté du groupe de réduire sa participation dans EADS avant la fin de cette année et précisé que les discussions avec le gouvernement allemand étaient constructives.

Le constructeur automobile possède actuellement 15% du capital d'EADS et exerce les droits de vote sur 7,5% supplémentaires détenus par Dedalus.

Marc Angrand pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.