Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Allemagne se félicite du rapport sur les paradis fiscaux

Reuters05/04/2013 à 14:46

OFFSHORE LEAKS: L'ENQUÊTE

par Stephen Brown

BERLIN (Reuters) - Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, s'est félicité vendredi du rapport international sur les paradis fiscaux, qui contribuera à se débarrasser selon lui d'un modèle économique néfaste, comme l'a démontré la crise chypriote.

Un réseau de 36 médias autour du globe a publié jeudi les résultats d'une longue enquête sur les paradis fiscaux.

Ils ont eu accès, grâce au consortium indépendant de journalisme d'investigation ICIJ, basé à Washington, à quelque 2,5 millions de fichiers concernant plus de 170 Etats et territoires et 120.000 sociétés écrans domiciliées notamment aux îles Vierges britanniques, aux îles Cook, aux Samoa et ailleurs.

En France, le journal Le Monde, associé à l'opération, a écrit qu'une centaine de contribuables français étaient concernés et a communiqué le nom de l'un d'entre eux, le trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande, Jean-Jacques Augier.

"Je suis heureux que ce rapport existe, car il va accroître la pression", a déclaré Wolfgang Schäuble. Selon les médias allemands, des centaines d'Allemands figurent sur ces fichiers.

Le rapport de l'ICIJ accuse les grandes banques internationales d'avoir aidé "activement" leurs clients fortunés à avoir accès aux services offshore. La Deutsche Bank a défendu la légalité de ce type de service au client.

Le ministre allemand des Finances a souligné à la radio nationale qu'il restait à définir la part d'illégalité dans les pratiques révélées par l'ICIJ. "Mais une grande part au moins relève d'une zone grise", a-t-il dit.

Berlin a joué un rôle primordial au sein du G20 et de l'OCDE pour travailler à une définition précise des pays qui agissent comme paradis fiscaux et pour "en tirer ensuite les conséquences légales qui s'imposent", a ajouté Wolfgang Schäuble.

Il a pris en exemple Chypre, qui vient d'être contraint sous la pression de ses partenaires de l'Union européenne et du FMI, d'imposer de lourdes taxes sur les dépôts bancaires en échange d'un plan de sauvetage de 10 milliards d'euros.

MOYENS DE PRESSION

En raison des facilités fiscales accordées et d'une règlementation laxiste, les banques chypriotes ont attiré de nombreux déposants étrangers fortunés, notamment russes.

"Nous n'aimons pas ce modèle économique, nous espérons qu'il n'aura pas de succès et lorsqu'il devient insolvable comme à Chypre, il ne doit pas s'attendre à continuer d'être financé", a dit Wolfgang Schäuble.

"Nous disposons dans le cas de Chypre de moyens de pression que nous n'avons pas dans d'autres paradis fiscaux. Mais quand les banques d'un pays membre de la zone euro deviennent insolvables, elles ne doivent pas espérer que d'autres pays les renflouent", a-t-il dit.

Son prédécesseur, Peer Steinbrück, candidat social-démocrate à la chancellerie, avait mené l'offensive contre les paradis fiscaux dans le précédent gouvernement allemand. Il a souhaité jeudi que les gouvernements soient plus sévères envers les grandes banques internationales complices de l'évasion fiscale.

"Dans les cas extrêmes, cela pourrait entraîner le retrait de leur licence", a-t-il dit. Il a estimé que l'Allemagne devrait inciter l'UE à prendre d'autres mesures contre les services offshore "sans attendre que la dernière île des Caraïbes mette en place la règlementation appropriée".

Peer Steinbrück a toutefois fait remarquer que l'Union européenne s'était montrée dans le passé plutôt timide sur ce dossier, certains Etats membres rechignant à fournir des informations sur leurs contribuables.

Deux d'entre eux, le Luxembourg et l'Autriche, refusent d'échanger avec le reste des Vingt-Sept les identités des résidents de l'UE disposant de comptes bancaires transfrontaliers.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mes listes

valeur

dernier

var.

227.915 +0.34%
266.9 -1.89%
19.505 -3.56%
113.41 -0.15%
18.8 -0.53%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.