1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Allemagne est libre de retirer ses soldats d'Incirlik-ministre

Reuters18/05/2017 à 10:38
 (Actualisé avec déclarations) 
    ISTANBUL, 18 mai (Reuters) - L'Allemagne peut retirer les 
quelque 250 soldats qu'elle a stationnés sur la base aérienne 
d'Incirlik en Turquie dans le cadre de sa participation à l'Otan 
si elle le souhaite, a déclaré jeudi le ministre turc des 
Affaires étrangères. 
    Le gouvernement allemand a indiqué cette semaine qu'il 
examinait la possibilité de déployer dans un autre pays ses 
soldats participant à l'effort de guerre de l'Alliance 
atlantique contre le groupe Etat islamique en Syrie. 
    La raison invoquée par l'Allemagne est le refus opposé par 
les autorités turques à la visite de parlementaires allemands 
sur la base aérienne située dans le sud de la Turquie. 
    Officiellement, Ankara estime que le moment n'est pas 
opportun pour une telle visite. Dans la réalité, cet épisode 
s'inscrit dans une querelle plus large qui oppose la Turquie et 
l'Allemagne. 
    "S'ils veulent partir, c'est leur choix. Nous n'allons pas 
les supplier. C'est eux qui ont voulu venir et nous les avons 
aidés. S'ils veulent s'en aller, nous leur dirons au revoir", a 
déclaré le ministre Mevlut Cavusoglu, ajoutant que le 
gouvernement allemand devait cesser d'avoir une "approche 
condescendante" à l'égard de la Turquie. 
    "Vous ne pouvez plus traiter la Turquie comme cela vous 
chante", a ajouté Cavusoglu sur la chaîne de télévision NTV. "Si 
vous voulez vous rapprocher de la Turquie, vous devez la traiter 
comme une amie et ne pas vous comporter en patron". 
    Les relations entre Berlin et Ankara n'ont cessé de se 
détériorer depuis la campagne sur le référendum constitutionnel 
du 16 avril qui a permis au président turc Recep Tayyip Erdogan 
d'obtenir un élargissement de ses pouvoirs. 
    Lors de la campagne, Erdogan voulait que ses ministres 
puissent tenir des meetings électoraux en Allemagne afin de 
convaincre les électeurs de la diaspora turque. 
    Les autorités allemandes se sont opposées à de tels 
rassemblements, évoquant des questions de sécurité publique et 
provoquant la colère d'Erdogan dans un scrutin dont le résultat, 
longtemps incertain, s'est révélé très serré en sa faveur. 
    Maniant une rhétorique agressive, Recep Erdogan avait accusé 
les autorités allemandes d'utiliser une stratégie inspirée du 
nazisme. 
    L'an passé, le président turc avait déjà empêché pendant 
plusieurs mois la venue de parlementaires allemands sur la base 
d'Incirlik. Ce refus faisait suite à l'adoption par le Bundestag 
d'une résolution parlementaire reconnaissant le génocide des 
Arméniens par les forces ottomanes en 1915. 
    La Turquie, qui refuse l'utilisation de ce terme pour 
qualifier la mort d'environ 1,5 million d'Arméniens sur son sol 
entre 1915 et 1916, avait rappelé son ambassadeur à la suite de 
cette résolution. 
     
 
 (Daren Butler et Humeyra Pamuk; Pierre Sérisier pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.