Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

CREDIT AGRICOLE SA

11.7750EUR
-0.08% 
Ouverture théorique 11.7750
indice de référence CAC 40

FR0000045072 ACA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    11.6650

  • clôture veille

    11.7850

  • + haut

    11.8250

  • + bas

    11.5350

  • volume

    6 228 022

  • valorisation

    33 590 MEUR

  • capital échangé

    0.22%

  • dernier échange

    19.06.18 / 17:35:08

  • secteur

    Banques

  • Indice de référence

    CAC 40

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    11.0700

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    12.4800

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur CREDIT AGRICOLE SA

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter CREDIT AGRICOLE SA à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter CREDIT AGRICOLE SA à mes listes

    Fermer

L'agence fait de la résistance grâce aux mutualistes

Reuters15/11/2016 à 12:45

UNE RÉDUCTION LENTE DES AGENCES BANCAIRES EN FRANCE

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - Le nombre d'agences bancaires continue de diminuer en France beaucoup plus lentement que dans le reste de l'Union européenne grâce aux mutualistes qui font le choix, contrairement aux grandes banques commerciales, de maintenir leurs réseaux en parallèle de la digitalisation de la relation client.

Selon les chiffres de la Banque centrale européenne (BCE), le nombre d'agences a baissé de 15,7% en moyenne dans l'UE entre 2011 et 2015 mais dans l'Hexagone, cette tendance relève plutôt de l'attrition : -2,25%.

La lecture des rapports annuels 2015 révèle un fossé stratégique entre les grands établissements bancaires qui se partagent le marché français.

Société générale et BNP Paribas ont vu de 2013 à 2015 leur nombre d'agences passer respectivement de 3.161 à 3.085 et de 2.139 à 2.009 unités. La première, qui a fermé 72 agences juste depuis le début de l'année, entend supprimer 20% de son réseau d'agences à horizon 2020 et la seconde a lancé un plan du même ordre en France.

A l'inverse, les chiffres sont remarquablement stables pour les grandes enseignes mutualistes, qui trustent plus de la moitié du marché français.

"J'entends souvent opposer internet et les agences bancaires physiques: je suis convaincu que les deux peuvent se marier", a déclaré en octobre lors de l'assemblée générale de la confédération nationale du Crédit mutuel, son président Nicolas Théry.

Le CM11, dont est issu ce dernier, et qui regroupe 11 fédérations du Crédit mutuel (CM11) a maintenu 2.015 agences sur la période 2013-2015.

Cette divergence stratégique ne s'explique pas par une vision fondamentalement différente de l'évolution de l'industrie bancaire: toutes les banques intègrent en effet dans leur communication la promotion d'une offre basée sur trois canaux de relation client à savoir l'agence, le téléphone et l'internet fixe et mobile.

Elles ont également toutes mis en oeuvre de grands programmes de rénovation et d'adaptation du format de leurs agences pour coller au mieux aux usages de leurs clients, dont les visites se font de plus en plus rares.

"QUESTION EXISTENTIELLE"

Pour Marc Siblini, du cabinet de conseil Eurogroup Consulting, la décision de maintenir les réseaux des banques mutualistes relève plutôt d'une question "existentielle".

"Les mutualistes revendiquent la proximité et l'ancrage local, c'est normal que ce soit les plus réticents" à tailler dans leur réseau, explique ce spécialiste du secteur bancaire.

Contrairement aux banques commerciales, les mutualistes sont structurées sur la base de caisses locales et de fédérations régionales souveraines sur leurs territoires, dont sont issus leurs dirigeants.

Ces structures ne raisonnent donc pas sur une logique d'économies d'échelle au niveau national voire multinational, comme pour BNP Paribas, mais cherchent plus simplement à optimiser leur maillage en fonction de l'évolution démographique et économique régionale.

Thierry Cahn, Président de Banque populaire Alsace Lorraine Champagne, explique ainsi à Reuters qu'il n'a "aucun" plan de réduction d'agences en tant que tel.

"On n'a pas bougé, ou alors à une ou deux agences près", rappelle-t-il, notant que le nombre d'agences au sein de sa région reste stable à 272 agences en 2015, des ouvertures compensant des fermetures.

"Ce qui se passe, c'est que dans les grandes villes, on réduit en général le nombre d'agences mais on maintient la présence de la banque dans les campagnes et dans les territoires moins peuplés", souligne-t-il.

Cette tendance se retrouve au sein du groupe BPCE. En trois ans les Caisses d'Epargne perdent simplement deux agences à 4.195 unités alors que Banque populaire en gagne huit à 3.338.

La différence avec les banques commerciales est encore plus marquée au Crédit agricole, où il n'existe pas de plan de réduction du réseau à l'échelle des caisses régionales, dont le nombre d'agences, environ 7.000, est stable.

"Chaque caisse régionale adapte ses décisions à la situation de son marché", explique un porte-parole de la fédération nationale du Crédit agricole, qui insiste sur le caractère stratégique de l'agence pour la banque verte.

"PARCE QU'IL Y A UNE AGENCE PRÈS DE MON DOMICILE"

La logique d'économie d'échelle se retrouve en revanche au niveau de l'enseigne LCL, qui appartient à l'entité cotée Crédit agricole SA.

LCL, qui a un profil beaucoup plus urbain, a lancé un vaste plan de regroupement d'agences qui doit se solder par la fermeture de 200 à 240 unités.

Les différentes dynamiques entre mutualistes et banques commerciales pourraient encore s'accélérer dans les prochaines années.

Les plans de digitalisation et de transformation de BNP Paribas et Société générale ont en effet été concoctés dans un climat de taux bas et de croissance atone qui n'en finit pas de se durcir et qui encourage la poursuite, voire l'accélération des économies de coûts.

Sur le terrain, il est encore difficile de dire quel pari sera gagnant en terme de parts de marchés, même si des dirigeants mutualistes se montrent enthousiastes.

"Quand la Société générale a fermé des agences, on en a bénéficié, donc le retrait des banques cotées, on en bénéficie sur le terrain", a confié à Reuters Pascal Durand, directeur général de la Confédération de Crédit Mutuel.

D'autres dirigeants interrogés par Reuters se montrent beaucoup plus prudents sur la question des agences, de plus en plus désertées par les Français.

Selon un sondage réalisé pour le cabinet Deloitte, 27% des Français déclarent ne plus utiliser du tout dans l'année les services de leur agence. Mais interrogés sur les raisons pour lesquelles ils choisissent leur banque principale, la première réponse donnée, (17% des sondés) est : "parce qu'il y a une agence près de mon domicile".

(Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.