Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'accord sur le pétrole pourrait être prolongé de 9 mois voire plus-sces

Reuters08/05/2017 à 16:26
 (Actualisé avec nouvelles sources, changement de dateline) 
    LONDRES/DUBAI, 8 mai (Reuters) - L'Organisation des pays 
exportateurs de pétrole (Opep) et plusieurs grands producteurs 
extérieurs au cartel envisagent de prolonger leur accord de 
réduction de la production pendant neuf mois voire plus afin 
d'éviter une hausse de l'offre qui minerait les prix au premier 
trimestre de l'année prochaine, lorsque la demande devrait 
faiblir, ont dit des sources internes à l'Opep et industrielles. 
    L'Opep, la Russie et 10 autres États non membres se sont 
engagés à réduire la production pétrolière de 1,8 million de 
barils par jour (bpj) pendant six mois à compter du 1er janvier 
dernier. 
    Mais les stocks mondiaux restent élevés, ce qui contribue à 
ramener les prix du baril de brut  LCOc1   CLc1  en deçà des 50 
dollars et plaide pour un prolongement de l'accord au moins 
jusqu'à la fin de l'année. 
    La production de pays qui ne participent à l'accord, comme 
les Etats-Unis, a aussi progressé, contribuant à maintenir les 
cours du brut en dessous du seuil de 60 dollars le baril, que 
l'Arabie saoudite et d'autres pays souhaiteraient voire atteint. 
    Les pays membres de l'Opep discutent entre eux de 
l'opportunité d'une prolongation de l'accord de neuf mois voire 
plus longtemps afin de donner plus de temps au marché pour se 
rééquilibrer, ont dit les sources.  
    Une source industrielle au fait de ces discussions a dit que 
la question d'une prolongation de l'accord jusqu'à la fin du 
premier trimestre 2018, période pendant laquelle la demande de 
brut est traditionnellement faible, avait été débattue.  
    "Accroître la production pendant ces mois pourrait avoir un 
effet négatif (sur les prix). Donc nous pourrions demander une 
prolongation jusqu'à la fin du premier trimestre 2018", a dit la 
source.  
    Une source interne à l'Opep a dit que d'autres idées et 
scénarios ont été discutés et elle a ajouté que les pays du 
Golfe avaient débattu d'une prolongation de l'accord au-delà de 
six mois.  
    Une autre source au sein de l'Opep a dit qu'il serait 
difficile d'obtenir un consensus sur une prolongation des 
réductions de production pendant plus de six mois mais que "tout 
pouvait arriver".  
    Une troisième source a dit qu'une prolongation allant 
jusqu'à un an pourrait être une option. 
    Le ministre de l'Energie saoudien Khalid Al-Falih a dit 
lundi s'attendre à une extension de l'accord d'encadrement de la 
production de l'Opep au second semestre 2017 et peut-être 
au-delà. 
    "Au vu des consultations que j'ai eues avec les signataires 
de l'accord, je pense qu'il sera étendu à la seconde moitié de 
l'année et peut-être au-delà", a dit Al-Falih lors une 
manifestation à Kuala Lumpur. 
    Le ministre de l'Energie russe, Alexandre Novak a soutenu 
lundi une prolongation des réductions de production en disant 
que cela accélérerait l'assainissement du marché. Il n'a 
toutefois pas mentionné de durée.  
    Les ministres de l'Opep et leurs homologues non membres du 
cartel se retrouveront le 25 mai à Vienne. 
 
 (Florence Tan et A. Ananthalakshmi; Catherine Mallebay-Vacqueur 
et Marc Joanny pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.