Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kigali choqué par l'appel de Hollande aux dirigeants africains

Reuters30/11/2014 à 16:01

DAKAR, 30 novembre (Reuters) - La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s'est déclarée "choquée" dimanche par les propos tenus la veille à Dakar par François Hollande invitant les dirigeants africains à ne pas chercher à s'accrocher au pouvoir. Prenant l'exemple du Burkina Faso, où le président Blaise Compaoré a quitté le pouvoir le 31 octobre après 27 ans à la tête de son pays, le président français a parlé de "faire réfléchir ceux qui voudraient se maintenir à la tête de leur pays en violant l'ordre constitutionnel". ID:nL6N0TJ02I Son message sonnait comme un avertissement à des dirigeants comme le Congolais Denis Sassou N'Guesso ou le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, soupçonnés de vouloir changer la loi fondamentale dans leurs pays respectifs. Au Rwanda, un débat est lancé sur l'intention prêtée au président Paul Kagamé de vouloir rester au pouvoir au-delà de la limite de deux mandats prévue dans la Constitution de 2003. "Ce qui nous préoccupe au Rwanda, c'est de pouvoir préserver le gain que le pays a eu au cours des 20 dernières années. Le reste c'est procédural, c'est mécanique, ce n'est pas une préoccupation des Rwandais, d'autant que nous sommes à trois ans des prochaines échéances", a déclaré Louise Mushikiwabo à la chaîne France 24, en marge du Sommet de la Francophonie de Dakar. La responsable de la diplomatie rwandaise a jugé "choquant" le propos de François Hollande "sur le fond et sur la forme". "Je trouve que ce n'est pas normal que ce soit le président français, François Hollande, qui décide ce qu'il va se passer dans les pays africains par rapport à leur avenir politique", a-t-elle dit. "C'est une sorte de démocratie 'Made in France' et au Rwanda on trouve cela choquant", a-t-elle ajouté. "C'est du ressort des citoyens africains, ça ne peut pas venir de la France". Samedi, un membre de la délégation congolaise avait lui aussi protesté contre le point de vue français. "Le Burkina n'est pas un modèle pour les autres pays. Chaque pays a sa propre réalité et ses nuances", a déclaré Collin Kandolo à Reuters. "Le président français est le président de la France, pas du Congo, et cela doit être respecté". (Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.63 -1.11%
0.98 +6.75%
5585.69 +0.36%
11.545 0.00%
85.49 -1.68%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.