Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Kering : Barclays dégrade à Pondérer en ligne
information fournie par AOF27/09/2022 à 16:18

(AOF) - Barcays a dégradé sa recommandation sur Kering de Supondérer à Pondérer en ligne et réduit son objectif de cours de 800 à 555 euros. A la suite d'un voyage en Chine, le broker s'est dit surpris par la faiblesse de la marque italienne dans le pays. Gucci ne serait plus perçu comme l'une des marques les plus désirables. Elle pourrait même avoir un problème de positionnement. Au-delà, le profil de Kering pourrait rendre la valeur moins résiliente en cas de ralentissement macroéconomique.

La valorisation est attractive, mais le courtier voit peu de catalyseurs à court terme pour une réévaluation.

AOF - EN SAVOIR PLUS

- Groupe de luxe né en 1963 propriétaire des marques Bottega Veneta, Gucci et Yves-Saint-Laurent ;

- Chiffre d'affaires de 17,6 Mds€ réalisé à 44 % en Asie-Pacifique, 26 % en Amérique du nord et 23 % en Europe % ;

- Modèle d'affaires de « pure player » du luxe, fondé sur une croissance supérieure à celle des marchés, sur l’autonomie créative des Maisons, la mutualisation des fonction supports et les expertises transverses et la transformation digitale au service de la distribution et des clients ;

- Capital contrôlé à 41,74 % (58,44 % des droits de vote) par le holding Aremis de la famille fondatrice, François-Henri Pinault étant président-directeur général du conseil d’administration de 13 membres et Jean-François Palus directeur général délégué;

- Bilan sain, avec une dette nette de 168 Ms€ face à 13,7 Mds€ de capitaux propres et qui a été renforcé en janvier par la cession des activités horlogères..

Enjeux

- Stratégie d’innovation sur 3 piliers : nouveaux modèles d’affaires, nouveaux matériaux et fonctions supports / investissement dans les sociétés aux modèles d’affaires innovants, tel Vestiaire Collective, laboratoires MIL pour les alternatives durables dans la joaillerie et le textile, recours à la blockchain pour contrer la contrefaçon… / robustesse des infrastructures logistiques au service de l’expérience client : application Luce sur la disponibilité des produits, offre virtuelle fondée sur les data, internalisation des sites… / croissance de l'e-commerce (15 % des ventes en 2021) ;

- Stratégie environnementale 2025 « Care for the planet », reportée dans un compte de résultat environnemental : utiliser les ressources dans le respect des « limites planétaires » et réduire de 50 % les émissions de CO2 du groupe / travailler sur les impacts environnementaux de la chaîne d’approvisionnement (émissions de CO2, consommation d’eau, pollution de l’air et de l’eau, production des déchets et utilisation des sols) / créer un « Index de développement durable des fournisseurs » et élever la traçabilité de bien-être animal, d’utilisation des produits chimiques / promouvoir le « design durable » / créer Materials Innovation Lab (MIL) dédié aux Montres et à la Joaillerie après celui des tissus et textile / compléter la compensation des émissions de CO2) pour la biodiversité.

Défis

- Forte dépendance à Gucci, 1er contributeur au revenu et marque la plus rentable ;

- Accélération de la croissance de YSL et de Bottega Venetta et résistance de Gucci aux confinements en Chine ;

- Impact de la guerre Russie-Ukraine : très faible, avec fermeture des 2 magasins et 4 corners ;

- Dividende 2021 de 12 € avec acompte.

De grandes préoccupations

D'après la Fédération du commerce spécialisé, Procos, l'activité de janvier à mai est très sensiblement en retrait par rapport à la même période en 2019, à - 8,8%. La fréquentation des magasins en mai 2022 reste inférieure à celle de mai 2019 mais le recul est limité à 6,5%, soit beaucoup mieux qu'en avril (- 19,6% par rapport à avril 2019). Dans un contexte très incertain, plusieurs éléments pèsent sur la rentabilité des entreprises, notamment l'accroissement du coût de l'électricité et l'indexation des loyers, même si la composition de l'ILC (indice des loyers commerciaux) a été modifiée. Précédemment il était composé à 50 % d'inflation, à 25 % d'indice du coût de la construction et à 25 % d'évolution du chiffre d'affaires du commerce de détail. Désormais il ne tiendra compte que de l'inflation et du coût de la construction car la formule précédente intégrait les ventes réalisées par les 'pure players' du Net, ce qui faisait progresser les loyers des magasins physiques.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.06%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 27/09/2022 à 16:18:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.