Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Jefferies dégrade Air Liquide à Sousperformance avec un objectif de cours de 124 euros
information fournie par AOF09/12/2022 à 11:01

(AOF) - Dans sa dernière livraison « Equity Research » Jefferies dégrade Air Liquide d'Achat à Sousperformance avec un objectif de cours de 124 euros contre 156 euros précédemment. Selon l’analyste, les incertitudes macroéconomiques actuelles suggèrent que les perspectives de volumes du segment industriel du groupe (40% de son activité) resteront probablement difficiles à court/moyen terme.

Jefferies relève que la contribution de ce segment au chiffre d'affaires du groupe est à son niveau le plus élevé depuis 15 ans, ce qui suggère une plus grande cyclicité et un plus grand risque pour les bénéfices du groupe par rapport aux périodes précédentes

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Deuxième mondial derrière Linde-Praxair des gaz industriels et médicaux, né en 1902 ;

- Ventes de 23,3 Mds€ structurées en 3 branches : gaz et services industriels pour 96 %, ingénierie et construction puis GMT -marchés globaux et technologies ;

- Equilibre des revenus par zones géographiques –les Amérique pour 38 %, l’Europe pour 33 %, l’Asie-Pacifique pour 22 % ;

- Modèle économique fondé sur les contrats pluri-annuels (1/3 des revenus générés par les contrats de vingt ans) et les partenariats industriels de long terme offrant une bonne visibilité des résultats futurs et une marge d’exploitation supérieure à 20 % ;

- Capital ouvert, avec 33 % d'actionnaires individuels et 2,5 % pour les salariés, Benoît Poitier, présidant le conseil d'administration de 12 membres, François Jackow étant directeur général;

- Bilan sain, avec une dette nette relevée A2, ramenée 12 Mds€ à fin juin, soit 46 % des capitaux propres, et un autofinancement libre à 24 % des ventes.

Enjeux

- Stratégie Advance 225 avec 3 priorités :

- performances financières : hausse annuelle de 5-6 % des revenus, rentabilité de + 10 % des capitaux employés via des décisions d’investissements de 16 Mds€ entre 2022-2025, dont la moitié consacrée à la transition énergétique ;

- décarbonation de l’industrie : gaz industriels bas carbone, captage & gestion du CO2 ;

- innovation technologique adressée à 5 métiers : mobilité hydrogène, électronique, santé, industriel marchand et hautes technologies -spatial, cryogénie, quantique… ;

- Stratégie innovation financée à hauteur de + 300 M€, visant à l'excellence opérationnelle, à l'ouverture aux technologies dans les cœurs de métier ou de rupture, par le biais de :

- réseau mondial de 6 campus innovation, avec + 400 partenariats académiques ;

- laboratoires dédiés : Digital factory pour l’expertise data, Alizent pour l’IoT, m-Lab pour les molécules, i-Lab pour le décryptage des tendances, dont 60 % pour la transition énergétique….

- fonds ALIAD de capital-risque, en alliance avec le fonds chinois CSE et fonds Accelair ;

- Stratégie environnementale validée par SBTi et visant la neutralité carbone en 2050 avec 2 objectifs intermédiaires, 2025 (début de la réduction en absolu des émissions) et 2035 (recul de 33 % par rapport à 2015), par le biais de :

- captage de CO2, production d’hydrogène par électrolyse, solutions de décarbonation,

- 8 Mds€ investis d’ici 2035 dans la chaîne de valeur de l’hydrogène,

- partenariat avec Rothschild & CO et Solar Impulse dans un fonds doté de 200 M€ pour accompagner les PME offrant des solutions pour l’environnement et participation au - fonds mondial de financement de l’hydrogène décarboné (1,2 Md€ à court terme investis, avec Baker Hughes, Charg Industries, Plug Power, TotalEnergies et Vinci, pour un effet de levier de 15 Mds€),

- montée en puissance des approvisionnements par énergies renouvelables ;

- Capacité à répercuter la hausse des prix de l’énergie sur les clients ;

- Visibilité de l’activité : projets en cours pour 3,4 Mds€ et opportunités d’investissements industriels de + 3 Mds€ à fin septembre, dont 40 % dans la transition énergétique.

Défis

- Conflit russo-ukrainien : provision exceptionnelle sur les actifs russes et désengagement de Russie ;

- Inflation de l’énergie : contrebalancée par les économies (262M€ sur les neuf 1ers mois) et le transfert des coûts aux clients mais difficultés chez les clients européens de la division Grande industrie ;

- Après une hausse de 8,3 % du chiffre d’affaires et de 5,3 % du bénéfice net à fin septembre, perspectives 2022 d’une croissance de la marge opérationnelle et du résultat net courant.

En savoir plus sur le secteur de la chimie

Rien ne va plus pour la chimie allemande

La chimie allemande, très dépendante du gaz russe, est en difficulté. Suite à des ventes en berne dans le secteur automobile et une demande en recul dans la construction, la production est en baisse de 8,5 % en 2022, avec un chiffre d'affaires global en repli de 1,6 % à 63,1 milliards d'euros. La chimie de spécialité s'en sort mieux. En revanche le taux d'utilisation des capacités de production dans la chimie de base a nettement ralenti pour atteindre moins de 80 %. Le troisième secteur industriel allemand est tenté par la délocalisation vers les Etats-Unis, où les coûts de l'énergie sont bien moindres. Avec l'Inflation Reduction Act, les Etats-Unis ont mis en place un environnement approprié aux défis actuels.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.82%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 09/12/2022 à 11:01:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.