Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

INTERPARFUMS : une reprise à grande vitesse
information fournie par AOF20/07/2021 à 11:24

(AOF) - En nette hausse à l'ouverture, Interparfums grappille désormais 0,18% à 56,4 euros. La publication ce matin d'un chiffre d'affaires semestriel en très forte hausse conduit certains investisseurs à prendre une partie de leurs bénéfices sur un titre qui affiche un bond de 44,4% depuis le début de l'année. Sans surprise, le fabricant de parfums sous licence à bénéficié à plein de la réouverture des économies. Au deuxième trimestre, clos fin juin, son chiffre d'affaires a bondi de plus de 260% pour dépasser les 130 millions d'euros.

Surtout, il affiche une progression de 19,5% par rapport au deuxième trimestre 2019. Cette performance reflète le fort dynamisme du marché de la parfumerie et de toutes les marques majeures du portefeuille ainsi que le succès des derniers lancements, notamment des lignes Jimmy Choo I Want Choo et Montblanc Explorer Ultra Blue, indique le fabricant de parfums sous licence.

Sur l'ensemble du premier semestre 2021, le chiffre d'affaires atteint ainsi 266,3 millions, en croissance de 11,7 % à devises courantes et de 15,5 % à devises constantes par rapport au premier semestre 2019.

D'un point de vue géographique, l'activité a été soutenue par l'Asie Pacifique. La région retrouve les niveaux d'activité du premier semestre 2019 grâce à une activité dynamique sur plusieurs pays, notamment en Corée du Sud, en Australie ou à Singapour, mais surtout à la très forte accélération des ventes de parfums en Chine.

L'Amérique du Nord affiche de son côté une progression remarquable (+54 %) par rapport au deuxième semestre 2019.

L'Europe de l'Ouest et la France retrouvent progressivement des niveaux d'activité cohérents mais sont impactées par les différents confinements intervenus durant le semestre et par une base de comparaison défavorable liée au lancement de la ligne Montblanc Explorer début 2019.

Compte tenu de cette performance, Interparfums révise à la hausse son chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'exercice 2021 avec un objectif désormais compris entre 460 et 480 millions d'euros.

"Si notre carnet de commandes demeure élevé, les tensions ou retards multiples d'approvisionnement de matières premières et de composants liés à la reprise, qui pourraient affecter la dynamique au second semestre 2021, nous incitent néanmoins à la prudence", indique le PDG, Philippe Benacin.

Philippe Santi, directeur général délégué, a ajouté : " Du fait d'une activité largement supérieure aux prévisions de début d'année et d'un niveau de dépenses marketing en ligne avec un budget établi en novembre 2020, la marge opérationnelle devrait exceptionnellement dépasser 20 % sur le premier semestre. Sur l'ensemble de l'année 2021, elle devrait atteindre 14 à 15 %, comme habituellement, compte tenu d'importantes dépenses de marketing et publicité prévues au second semestre pour soutenir nos lancements et accompagner notre croissance. "

Midcap Partners relève son objectif de cours sur Interparfums de 60,4 à 62,9 euros tout en réitérant sa recommandation d'Achat.

Au-delà des performances du groupe, le broker souligne que ce dernier  fait partie d'un cercle désormais très fermé de sociétés de parfumeries sous licence avec des succès majeurs à son actif sur Montblanc, Jimmy choo & Coach, trois licences offrant une forte récurrence. Le groupe comptera à partir de 2022, Moncler qui présente un potentiel "peak sales" de l'ordre de 150 millions d'euros, selon lui et dispose de compétences et de moyens substantiels pour potentiellement développer de nouvelles licences additionnelles.

Selon une source de marché, Kepler Cheuvreux a relevé son objectif de cours de 54 à 60 euros tout en réitérant sa recommandation Conserver.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Révolution culturelle pour l’univers du luxe

D’après le cabinet Bain, en 2020, les achats en ligne devraient faire un bond, pour représenter 23% du marché contre seulement 12% en 2019. Si, jusqu’à présent, ce sont essentiellement les inaugurations de boutiques dans le monde qui assuraient la croissance des grandes maisons, le e-commerce devient la priorité. Les points de vente vont devoir devenir plus efficaces, en misant sur les technologies et les data.

Le leader mondial donne l’exemple. Pour LVMH il est nécessaire de changer d’état d’esprit. Il a décidé de  passer en «digital first» pour ses défilés et sa commercialisation. Cela constitue un virage stratégique fort car, l’an passé, le groupe a réalisé seulement 8,5% de son chiffre d’affaires en ligne. 

Valeurs associées

Euronext Paris +0.16%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 20/07/2021 à 11:24:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.