Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Interparfums : hausse des bénéfices et confirmation des objectifs
information fournie par AOF09/09/2022 à 09:01

(AOF) - Interparfums a dévoilé des résultats semestriels en progression et confirmé ses objectifs annuels malgré la hausse des prix des matières premières et un contexte incertain. Sur les six premiers mois de l'année, le fabricant de parfums sous licence a réalisé un bénéfice net en hausse de 19% à 54,2 millions d'euros. Le résultat opérationnel a progressé de 9% à 71,8 millions, faisant ressortir une marge opérationnelle de 22,5% contre 24,6% au premier semestre 2021. Ce repli s'explique par la hausse de 60% des dépenses de marketing et publicité centrées sur les marques phares et les lancements.

Le chiffre d'affaires, publié en juillet dernier a grimpé de 20% à 318,7 millions, soutenu par Montblanc, Jimmy Choo, Coach et Van Cleef & Arpels.

En termes de perspective, Interparfums n'a pas exclu un renforcement de son portefeuille si l'occasion s'en présentait.

Le groupe a confirmé ses objectifs 2022 relevés en juillet dernier. Interparfums continue de tabler sur un chiffre d'affaires compris entre 630 à 640 millions d'euros. Malgré la hausse des matières premières et des dépenses de marketing et publicité qui resteront très soutenues, la société vise une marge opérationnelle d'environ 16%, contre 17,6% en 2021.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Distributeur de parfums de prestige créé en 1982 ;

- Chiffre d’affaires de 561 M€ réalisé à 94 % à l’international dont 40 % en Amérique du nord, 22 % en Europe de l’ouest (dont 6 % pour la France), 14 % pour l’Asie, 9 % pour l’Europe de l’est, 8 % pour l’Amérique latine et 6 % pour le Moyen-Orient ;

- Modèle d’affaires de création et développement à long terme de lignes de parfums de prestige –Boucheron, Coach, Jimmy Choo, Lagerfeld, Lanvin, Montblanc, Rochas, Van cleef & Arpels…- avec un contrôle strict des distributeurs partenaires ;

- Capital contrôlé indirectement à 31,7 % par la holding familiale, Philippe Benacin étant président-directeur général du conseil d’administration de 11 membres ;

- Situation financière saine avec 541 M€ de capitaux propres, soit un taux d’endettement de 20 %.

Enjeux

- Stratégie fondée sur des partenariats de long terme avec les marques de parfum, sur la maîtrise du processus de création et fabrication et sur l’externalisation du conditionnement et de la logistique ;

- Stratégie d’innovation limitée, la société étant à la fois donneur d’ordres aux créateurs et un distributeur ;

- Stratégie environnementale : accompagnement des fournisseurs, l’entreprise ne disposant pas de sites industriels, réduction de l’empreinte écologique par réduction des emballages et recours aux matières recyclées et recyclables ;

- Succès attendu des ventes de parfums Moncler, lancés depuis le printemps ;

- Visibilité de l’activité par la durée – de 10 à 30 ans- des contrats avec les marques.

Défis

- Allongement de la production en raison des retards ou manques de livraison de matières 1ères, d’où un abaissement des stocks ;

- Exposition à la Russie : arrêt des exportations vers la Russie et risque limité (5,3 % des ventes en Russie et encours client de 13,5 M€, dont 10 couverts par assurance-crédit) ;

- Part élevée -68 %- des parfums Montblanc, Jimmy Choo et Coach dans le chiffre d’affaires ;

- Objectifs 2022 d’un chiffre d’affaires de 600 M€ et d’une marge opérationnelle de 15 % environ ;

- Dividende 2021 de 0,5 € et attribution gratuite d’actions pour la 23ème année consécutive.

L'axe du développement durable désormais prioritaire

C'est l'une des attentes les plus fortes des clients âgés de 25 à 40 ans, qui représentent une proportion croissante des ventes. Cela représente également un atout dans le recrutement pour les grandes marques de luxe. LVMH, Fendi, l'Imperial College London et la Central Saint Martins UAL se sont associés autour d'un projet de recherche de deux ans pour développer de nouveaux biotextiles pour la fourrure dans le secteur. Récemment le manifeste pour une mode regénérative, élaboré en partenariat avec l'Alliance pour la bioéconomie circulaire (CBA) a été signé par Burberry, Chloé, Stella McCartney, ou Armani. Quant à Kering, il a mis au point un outil mesurant tout au long de la chaîne d'approvisionnement ses émissions de CO2, la consommation d'eau, ou l'utilisation des sols.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.74%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.