Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Internet : la France a-t-elle réellement la fibre ? » par Patrice Geoffron du Cercle des économistes

Boursorama02/06/2014 à 13:20

La France est à la traîne avec une proportion d'accès au très haut débit 5 fois inférieure à la Suède ou la Norvège

L'économie numérique s'impose de plus en plus comme vecteur d'innovation et de croissance. Avons-nous réellement conscience des enjeux et sommes-nous à la hauteur de nos ambitions ? Patrice Geoffron dresse un état des lieux sans concessions.

Fin mai, le régulateur des télécoms (ARCEP) soulignait la forte progression de l'Internet à très haut débit en France[1]: au premier trimestre 2014, sur les 25 millions d'abonnements, 2,2 relevaient de performances au moins égales à 30 Mbit/s (seuil du très haut débit), en progression de 30 % sur un an. Dans le prolongement des secousses subies par le secteur depuis l'entrée de Free dans les mobiles (glissant le long de la pente savonneuse du low cost), et à l'issue du feuilleton autour de la vente de SFR, ces statistiques diffusent un parfum apaisant : les opérateurs garderaient bien une capacité d'investissement et les recompositions sectorielles à la hache n'entraveraient pas la marche vers le progrès !

La lecture (aride) des statistiques de l'ARCEP et leur mise en perspective internationale tempèrent, pourtant, tout enthousiasme et confirment que la pente sera raide pour atteindre les engagements du président de la République du « très haut débit pour tous » en 2022.

Au plan international tout d'abord, selon le FTTH Council Europe (observant la diffusion de la fibre optique), la France est à la traîne avec une proportion d'accès au très haut débit 5 fois inférieure à la Suède ou la Norvège et loin des leaders asiatiques que sont la Corée, le Japon, Hong Kong, Singapour ou Taiwan. Ce constat n'est pas rééquilibré par le mobile, l'Europe dans son ensemble étant très en retrait dans la 4 G (notamment par rapport aux Etats-Unis). Le seuil critique, estimé à 20 % des ménages et des entreprises, à partir duquel l'accès au très haut débit génère un « écosystème » riche en services et emplois nouveaux est loin et quelques années d'efforts seront requises avant le premier cocorico...

Le diable étant dans les détails statistiques, il s'avère en outre que le « vrai » très haut débit, véhiculé par une fibre optique entrant jusque dans les foyers ou les bureaux, ne concerne qu'un tiers des abonnements recensés par l'ARCEP. Les autres options (la fibre s'arrêtant au pied du bâtiment ou sur le palier, le relais étant pris par le cuivre) ne sont pas à mépriser, même si elles offrent un débit moindre (tout en étant supérieur à l'ADSL). Mais leur capacité à délivrer, durant la décennie 2020 et au-delà, le débit adapté aux services qui se développeront alors (riches en vidéo et requérant un débit élevé en sortie et en entrée) est incertain. Ce « déficit » dans le débit sera, tout particulièrement, un handicap pour les entreprises.

S'il est économiquement viable de porter la fibre optique (comme la « fée électricité ») jusqu'au cœur des foyers ou des entreprises dans les métropoles, l'équation est plus difficilement soutenable en milieux périurbains ou ruraux dont les usagers n'accéderont sans doute qu'à un très... moyennement haut débit. Pour un vaste pays comme la France, moins densément peuplé que ses voisins, la couverture des 20 derniers % de la population a été un problème récurrent pour le déploiement de tous les réseaux (des « zones blanches » sont encore très mal couvertes par les services mobiles) et l'irrigation des territoires via le très haut débit ne fera pas exception à cette observation séculaire.

Il est crucial que les zones les moins denses ne soient pas lésées, à un moment où l'État et les collectivités s'adonnent au cost killing, tandis que les opérateurs s'empoignent dans le low cost, à l'occasion de ce grand chantier qu'est l'accès au très haut débit. L'intérêt économique de la collectivité est en jeu (l'utilité créée par un réseau dépendant de sa capillarité), tout autant que l'égalité républicaine.

Patrice Geoffron

 

Docteur et Agrégé de sciences économiques, Patrice Geoffron enseigne actuellement à l'Université Paris Dauphine où il est également Directeur du Laboratoire d'Economie. Directeur du Centre de Géopolitique de l'Energie et des Matières Premières, il est engagé dans plusieurs Chaire dont la Chaire d'Economie du Climat et la Chaire European Electricity Markets.

Ses principaux domaines d'expertise sont l'économie de l'énergie et du changement climatique, l'économie de réseaux, l'économie des télécommunications, l'économie industrielle.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 


[1] Observatoire trimestriel des marchés de détail des communications électroniques (services fixes haut et très haut débit) en France, 28 mai 2014.

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • faites_c
    04 juin16:21

    Entièrement d'accord avec M7034327 : j'ai vu un intérêt dans l'ADSL quand on avait encore le droit de télécharger et d'échanger entre internautes. Les téléchargements étant formellement interdits y compris pour les oeuvres personnelles sur lesquelles nous avons un copyrigth à 100%, je ne vois aucun intérêt ni à l'ADSL et encore moins au très haut débit. Quant au haut débit mobile (4G) c'est un besoin uniquement pour les Geeks.

    Signaler un abus

  • M7034327
    03 juin13:40

    Quel est l'intörêt du très haut débit si on ne peut pas télécharger?Et puis quand je lis 'n'accéderont sans doute qu’à un très… moyennement haut débit. Pour un vaste pays comme la France, moins densément peuplé que ses voisins, la couverture des 20 derniers % de la population a été un problème récurrent' l'auteur franchi le mur du çon: qu'il aille dans le fin fonds de la Suède voir si les cervidés n'ont pas du très haut débit.

    Signaler un abus

  • ne41pm
    02 juin19:28

    la France est devenue un pays de soviétique ou l'on préfère payer des fonctionnaires et immigrées que d'avancer dans la technologie. Le jour ou la France va se réveiller ça va faire trés mal. Tant pis je ne serai plus en France. Au revoir.

    Signaler un abus

  • M1103623
    02 juin17:57

    Non mais avec des gens comme vous on serait encore au 56k...La fibre c'est un outil formidable pour le transfert de données en proposant un débit montant équivalent au débit descendant. Pour le monde professionnel et la montée en puissance du cloud, cela sera primordial. De mon coté, il y a la fibre à l'autre bout de ma rue. La ville prévoit de brancher mon coté... en 2030. C'est pas gagné. :/

    Signaler un abus

  • domin288
    02 juin16:41

    Cet article est une apôlogie des jeux romains du 2nd siècle après JC. Dormons, & divertissons nous, on s'occupe du peu de revenu qui nous reste. La fibre n'est utile que pour avilir de plus en plus l'esprit.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.