1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ingenico s'allie avec les caisses d'épargne allemandes

Reuters25/07/2018 à 20:22

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Ingenico a annoncé mercredi une coentreprise avec une filiale des caisses d'épargne allemandes pour se renforcer dans les pays germaniques, emboîtant le pas à Worldline qui a annoncé mi-mai le rachat du suisse SIX Payment Services.

Dans un secteur qui se consolide sous l'effet de l'essor du paiement électronique, Ingenico, régulièrement cité tant comme cible que comme acquéreur, se positionne sur un marché allemand où les deux tiers des paiements se font encore en espèces.

A l'issue d'une opération prévue pour être finalisée début janvier 2019, Ingenico consolidera dans ses comptes cette JV dont il détiendra 52%, DSV Group, filiale de Sparkassen-Finanzgruppe, en possédant le solde.

Ingenico espère tirer de la réunion des activités dans la région germanique avec BS Payone, filiale de DSV, 30 millions d'euros de synergies d'ici 2022, soit le même montant que celui attendu du rachat du suédois Bambora en 2017 pour 1,5 milliard d'euros.

BS Payone, dont le directeur général Niklaus Santschi pilotera la nouvelle coentreprise, a réalisé un chiffre d'affaires net de 153 millions d'euros en 2017 contre 178 millions pour les activités correspondantes d'Ingenico dans la région constituée de l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse.

Ingenico précise dans une présentation qu'il attend de cette nouvelle entité une croissance à deux chiffres des revenus et de l'excédent brut d'exploitation chaque année d'ici 2021.

Se basant sur une étude du cabinet Oliver Wyman, Ingenico anticipe une croissance annuelle moyenne de 7% des volumes de paiements hors espèces en Allemagne pour atteindre en 2022 un total estimé à quelque 690 milliards d'euros.

INGENICO ENCORE SOUS-ÉVALUÉ

Le rachat de Six Payment Services par Wordline, coté en Bourse en 2014 par sa maison mère Atos pour consolider le marché européen, pourrait, selon les analystes, précéder d'autres mouvements de la part de groupes comme Ingenico et le danois Nets, détenu par le fonds d'investissement américain Hellman & Friedman.

Parmi les cibles citées figurent les divisions de services de paiement du Crédit mutuel, de la Société générale, de Natixis et des banques espagnoles Bankia, BBVA et Sabadell, selon les analystes.

Ingenico fait lui-même l'objet de rumeurs de rachat que la directrice financière Nathalie Lomon s'est une nouvelle fois refusée à commenter.

"Nous pensons qu'Ingenico est aujourd'hui très sous-évalué par le marché et puis, dans ce contexte, il est assez naturel que la société suscite de l'intérêt", a-t-elle dit à des journalistes, réaffirmant la position de la société.

Ingenico se paye 13 fois ses bénéfices attendus pour 2019 contre 36 fois pour Worldline, selon les données Reuters.

Le groupe a par ailleurs ajusté à la baisse son objectif d'Ebitda 2018, disant désormais prévoir au moins 545 millions d'euros (en ligne avec le consensus Thomson Reuters I/B/E/S), au lieu de 545-570 millions d'euros, après 526 millions en 2017.

Cet objectif, qui intègre toujours environ 25-30 millions d'euros d'impact négatif de changes, exclut désormais les 16 millions d'euros d'Ebitda anticipés cette année en Iran, où Ingenico cessera progressivement son partenariat de distribution d'ici le 4 novembre.

Ce départ d'Iran d'entreprises européennes fait suite aux sanctions prévues par les Etats-Unis à l'encontre des entreprises commerçant avec Téhéran après le retrait par l'administration Trump le 8 mai du JCPOA, l'accord sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015 par Téhéran et les puissances du P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne + Allemagne).

Au premier semestre, Ingenico a vu son chiffre d'affaires baisser de 3% en données organiques à 1,229 milliard d'euros, tandis que sa marge opérationnelle a reculé de 5,2 points à 12,9%.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Valeurs associées

-0.72%
-0.42%
+0.31%
-0.95%
+1.68%
-1.33%
-0.90%
+0.13%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.