1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

INFOGRAPHIE - Comment la France compte poursuivre la réduction du déficit
Le Point24/04/2014 à 08:32

Le gouvernement a enfin dévoilé sa stratégie de finances publiques pour les trois prochaines années. Principal enseignement du programme de stabilité présenté mercredi matin : le maintien de l'objectif de réduction du déficit à 3 % de la richesse annuelle créée (PIB) en 2015 après une marche à 3,8 % - et non plus 3,6 % comme promis - cette année. Le déficit serait ensuite ramené à 2,2 % en 2016 puis à 1,3 % en 2017. La dette serait ainsi stabilisée en 2015 à 95,6 % du PIB, alors qu'elle aurait dû plafonner à 95,1 % cette année. Devant la commission des Finances à l'Assemblée nationale, Michel Sapin a juré ne pas avoir demandé de délai supplémentaire à Bruxelles. Le ministre des Finances a rappelé que c'était lui et ses partenaires qui prenaient, in fine, une telle décision. Et visiblement, il s'est heurté à l'opposition officieuse des pays du Sud, obligés de consentir des efforts colossaux pour redresser leurs comptes dans l'urgence. "Ils savent que si un grand pays comme le nôtre ne respecte pas ses engagements, les conséquences seront pour eux, les petits pays", a-t-il souligné. La trajectoire dévoilée semble pourtant montrer que le gouvernement a dû consentir un effort non anticipé pour 2015, nécessaire pour financer son pacte de solidarité et de responsabilité dès l'année prochaine. Une dépense qui progressera moins vite que l'inflation en 2015 Comme ils se refusent désormais à augmenter les impôts, le Premier...

Lire la suite sur Le Point.fr

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    25 avril01:13

    Comme d'autres posts, avec Eckert à la manoeuvre c'est : impôts, taxes et prélèvements à gogo..... Les baltring comme PSDI vont avoir un deuxième trou de ....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer