Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Incertitudes sur l'évolution des cours des matières premières

Reuters14/05/2013 à 20:20

INCERTITUDE SUR L'ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES

par Valérie Parent

PARIS (Reuters) - Les matières premières vont continuer de "tanguer" dans les mois qui viennent, victimes des chocs qui perdurent sur plusieurs marchés - agricoles en particulier - et des déficiences de la gouvernance mondiale, estime l'économiste Philippe Chalmin, coordinateur de la 27e édition du rapport CyclOpe sur les marchés mondiaux.

Pour 2013, deux incertitudes majeures vont guider l'évolution des prix : l'évolution de la croissance économique en Chine et le climat dont les accidents ont en 2012 fait flamber les matières premières agricoles, grains et produits laitiers notamment.

"La crise de 2008 n'est pas terminée et ce serait presque l'heure du châtiment pour les pays 'avancés' pour tant de carences de la gouvernance internationale, pour tant de lacunes aussi des systèmes politiques nationaux", estime l'économiste dans son rapport de 770 pages, coécrit avec une soixantaine de spécialistes et dont le titre "Crises et châtiments" s'est inspiré cette année de Dostoïevski.

Le cycle de Doha de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a été un échec et la treizième édition de la conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) s'est déroulée l'an dernier dans l'indifférence générale, a-t-il rappelé mardi lors d'une conférence de presse.

Néanmoins, Philippe Chalmin se dit résolument optimiste pour la croissance chinoise avec une prévision de l'ordre de 9% cette année, dans le haut de la fourchette des pronostics, "un rebond que l'on retrouverait dans les prix des matières premières les plus influencées par la Chine, comme le cuivre et surtout le minerai de fer", prévoit-il.

Le marché des viandes pourrait profiter de "la faim considérable de viande en Chine", a renchéri Jean-Paul Simier, directeur des filières alimentaires à l'Agence économique de Bretagne.

Un peu plus de 300 millions de tonnes de viandes ont été produites dans le monde en 2012 et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prévoit une hausse de 70% de la consommation mondiale de viande à l'horizon 2050, ce qui nécessitera la production d'un peu plus de 800 millions de tonnes de grains supplémentaires, a-t-il dit.

"La globalisation alimentaire n'existe pas", a toutefois pondéré François Luguenot, responsable de l'analyse des marchés pour le groupe coopératif InVivo, en soulignant notamment que les "interdits culturels" restent très présents dans de nombreux pays.

Il n'en reste pas moins que pour ces experts, la situation la plus tendue restera en 2013 celles des grands marchés agricoles après, l'an dernier, les déboires des céréales d'hiver dans la région de la mer Noire, la plus grave sécheresse aux Etats-Unis depuis 24 ans qui a décimé la récolte de maïs ou encore la sécheresse en Nouvelle-Zélande, premier exportateur mondial de produits laitiers.

"De nombreux pays sont sur le fil du rasoir en termes de stocks", a souligné Philippe Chalmin, qui prédit que les marchés vont surveiller avec attention la pluviométrie estivale dans les grandes plaines américaines.

Des "outsiders" comme le Brésil et l'Inde ont permis aux acheteurs de compenser une partie de leurs besoins mais l'Inde, exportateur occasionnel au cours de cette campagne de blé, pourrait se retirer avec la baisse attendue des prix si les bonnes prévisions actuelles de récolte mondiale devaient se confirmer, a souligné François Luguenot.

L'attitude de l'Egypte, premier acheteur mondial de blé aux prises avec une chute préoccupante de ses réserves de change, sera également déterminante.

"Même s'ils (les Egyptiens) utilisent toute leur collecte locale qu'ils disent prometteuse, ils devront revenir aux achats à l'automne et alors leurs besoins seront considérables" a encore observé François Luguenot.

Valerie Parent, édité par Marc Joanny

Mes listes

valeur

dernier

var.

209.94 +0.89%
15.89 -7.62%
0.22 0.00%
36.005 -0.73%
21 +2.44%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.