1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il faut changer de cap, selon Bruno Crastes de H2O AM
Newsmanagers18/10/2016 à 12:00

(NEWSManagers.com) - Si l'on en croit Bruno Crastes, il est urgent d'agir. Le directeur général de H20 Asset Management estime que le moment est venu de changer de cap. " Les risques déflationnistes ne se sont pas concrétisés, ils s'épuisent" , a notamment déclaré Bruno Crastes le 12 octobre à Paris, à l'occasion du DPC Symposium organisée par Natixis Global Asset Management. Il y a déjà un peu d'inflation aux Etats-Unis, même si le mouvement a été ralenti par le contre-choc pétrolier et en Europe, " l'inflation ne baisse plus, nous sommes dans un environnement reflationniste" , a estimé Bruno Crastes.

Le problème est que les investisseurs restent tétanisés par les fantômes des crises de 2008 et 2011. Ce qui débouche sur une paralysie, une " homéostasie" , selon les termes de Bruno Crastes, des marchés financiers qui ne sont plus vraiment exposés aux facteurs extérieurs. D'où des taux réels négatifs aux Etats-Unis qui laissent supposer qu'on va assister à une baisse de l'inflation. D'où encore des primes de risques " irrationnellement distordues" , le risque de déflation étant beaucoup plus élevé que le risque d'inflation. En outre, " le moral des investisseurs est au plus bas, pire qu'en 2008. Les investisseurs américains ne croient pas à une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale" , remarque Bruno Crastes.

Mais le moment approche justement où la Fed devrait leur ouvrir les yeux en remontant ses taux, peut-être dès le mois de décembre. Il est fort possible qu'une salve supplémentaire de hausse soit nécessaire mais la perception des investisseurs sur le risque inflationniste devrait alors évoluer.

En attendant, les investisseurs seraient bien avisés de revoir leurs allocations car " lorsque les corrélations se normalisent, la diversification devient dangereuse" , a lancé Bruno Crastes.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer