Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Hydrogène: à Belfort, inauguration de la première usine d'électrolyseurs de France
information fournie par AFP 13/06/2024 à 18:51

Des électrolyseurs, lors de l'inauguration de l'usine McPhy de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort  ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Des électrolyseurs, lors de l'inauguration de l'usine McPhy de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort ( AFP / FREDERICK FLORIN )

La société McPhy a inauguré jeudi à Belfort la première usine française produisant des électrolyseurs en France, un défi industriel pour engager la décarbonation de l'industrie et des transports lourds, à condition que le prix de l'électricité permette la rentabilité de l'hydrogène bas carbone.

Les électrolyseurs McPhy, basés sur une technologie dite "alcaline", doivent servir à produire industriellement de l'hydrogène de façon propre, à partir d'électricité éolienne, solaire voire nucléaire, et de se passer du gaz méthane utilisé jusqu'à présent, a expliqué à l'AFP le directeur général, Jean-Baptiste Lucas.

Sans représentant de l'Etat en raison de la période électorale, l'inauguration de l'usine, qui a reçu une première tranche d'aide publique de 28 millions d'euros sur quelque 114 millions promis par l'Union européenne, doit permettre à la France d'avancer vers son objectif de souveraineté en matière de capacité d'électrolyse installée (6,5 gigawatts prévue en 2030, et 10 GW en 2035), ajoute M. Lucas.

Le directeur général de McPhy, Jean-Baptiste Lucas, lors de l'inauguration de l'usine de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort  ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Le directeur général de McPhy, Jean-Baptiste Lucas, lors de l'inauguration de l'usine de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Belfort qui l'accueille, une ville à la longue histoire industrielle, a développé un écosystème hydrogène très avancé "grâce à la recherche sur le sujet depuis près de 40 ans", a relevé la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, qui a apporté un fort soutien à l'implantation.

L'usine, très lumineuse et noyée dans un environnement champêtre, est encore vide.

- Début en juillet -

Un électrolyseur se construit en deux parties principales: d'une part les structures métalliques, appelées EPU (electrolyser process unit), sortes de châssis de 10 mètres de long et pesant 60 tonnes; et d'autre part le coeur de la machine, les "stacks", sortes de gros radiateurs où des molécules d'eau (H20) sont cassées par un courant électrique, pour séparer hydrogène et oxygène.

Des électrolyseurs, lors de l'inauguration de l'usine McPhy de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort  ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Des électrolyseurs, lors de l'inauguration de l'usine McPhy de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort ( AFP / FREDERICK FLORIN )

La fabrication des structures commencera en juillet, et celle des stacks en 2025.

L'objectif est de produire 260 unités par an, indique Benoît Duriez, responsable de l'industrialisation.

Il y a une quinzaine d'années, McPhy, une ancienne start-up qui emploie 260 personnes en France, Italie et Allemagne, est née des recherches du CNRS et du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). L'usine elle-même n'emploie pour l'instant que 25 personnes et pense monter en cadence rapidement.

- "Se passer de gaz russe" -

La société a subi de nombreux déboires techniques depuis son lancement il y a plus de 15 ans et a été soutenue à bout de bras par les pouvoirs publics, mais affirme aujourd'hui avoir plus de 55 MW de projets signés dans le monde.

Le directeur général de McPhy, Jean-Baptiste Lucas, lors de l'inauguration de l'usine de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Le directeur général de McPhy, Jean-Baptiste Lucas, lors de l'inauguration de l'usine de Foussemagne, le 13 juin 2024 à Belfort ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Comme débouchés, elle parie d'abord sur le remplacement de l'hydrogène industriel consommé dans le monde. Soit 100 millions de tonnes par an. Surnommé hydrogène "gris", il est produit de façon très polluante, en rejetant beaucoup de CO2 dans l'atmosphère, car issu du vapo-réformage du gaz méthane. Cet hydrogène gris est utilisé notamment par la pétrochimie pour désulfurer ses carburants.

Mais elle parie aussi sur les nouveaux usages de l'hydrogène pour décarboner la production d'engrais ou d'acier, ou fabriquer les futurs "électrocarburants" pour l'aviation.

Reste à inciter les clients à passer commande. En France, ils ne se bousculent pas. La raison repose sur le coût de la matière première, l'électricité, dont le prix fait l'objet de négociations serrées entre EDF et les industriels.

Le fait d'avoir EDF présent dans son capital, à hauteur de 14% environ, pourrait aider McPhy, relève Philippe Boucly, président de France Hydrogène qui regroupe les acteurs du secteur.

En attendant, McPhy vise surtout l'étranger. Son client de lancement est le groupe allemand de distribution d'énergie HMS Oil and Gas pour un projet de 64 MW, avec une mise en service prévue fin 2025, sous réserve de la décision finale d'investissement. "Nous avons privilégié cette technologie car elle est facile à faire évoluer" a dit à l'AFP son PDG Dennis Schwindt, selon qui "si on veut se passer de gaz russe, l'hydrogène est la solution".

Le groupe indien Larsen & Toubro, présent à l'inauguration, a signé un accord de licence pour fabriquer les électrolyseurs McPhy en Inde. Le groupe marocain OCP était présent également.

Valeurs associées

2,75 EUR Euronext Paris +11,34%

7 commentaires

  • 28 juin 15:40

    Se passer du gaz russe me paraît un objectif plus politique que stratégique. Et pourquoi pas se passer du gaz algérien?


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.