Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Holcim pénalisé par le franc et la hausse des coûts au 3e trimestre

Reuters09/11/2011 à 16:14

ZURICH (Reuters) - Holcim, le deuxième cimentier mondial, s'est déclaré mercredi plus confiant pour le secteur de la construction en Amérique du Nord malgré un troisième trimestre 2011 en demi-teinte dans la région et a dit anticiper une demande encore "solide" sur plusieurs marchés européens.

Le groupe suisse réalise la plus grosse partie de son chiffre d'affaires dans les marchés émergents mais, comme le reste du secteur, il a subi une forte correction en Bourse ces derniers mois en raison des craintes sur la croissance et les questions de dettes souveraines, qui font peser d'importantes incertitudes sur les grands chantiers.

"En Amérique du Nord, le groupe s'attend à une légère amélioration dans le secteur de la construction", a-t-il dit mercredi.

Malgré une légère hausse des ventes à périmètre comparable, le résultat opérationnel des activités américaines a été fortement impacté par la hausse des coûts des matières premières, des transports et de l'énergie.

Cette forte hausse des coûts a été observée sur l'ensemble de régions où opère Holcim, l'inflation n'ayant pas pu être entièrement répercutée sur les prix.

Alors que le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 6,1%, à 5,32 milliards de francs (4,32 milliards d'euros), l'Ebitda (bénéfice avant impôts, intérêts, dépréciations et amortissement) opérationnel a ainsi accusé une baisse plus marquée, chutant de 13% sur un an, à 1,07 milliards de francs.

Holcim a néanmoins maintenu ses objectifs, visant un Ebitda opérationnel à périmètre comparable proche de celui de l'année passée. En 2010, le résultat opérationnel s'était élevé à 4,51 milliards de francs.

À L'AFFÛT D'ACQUISITIONS

Cette pression sur les coûts, à laquelle s'est ajoutée la force du franc suisse, avait été anticipée par les analystes.

La semaine dernière, le français Lafarge, numéro un du secteur, et l'allemand HeidelberCement, avaient déjà évoqué une forte hausse de leurs coûts lors de la publication de leurs trimestriels.

A cette occasion, Bruno Lafont, le directeur général de Lafarge, avait néanmoins déclaré s'attendre à ce que l'inflation des coûts ralentisse en 2012.

A 12h50 GMT, le titre Holcim, qui avait ouvert en hausse, perdait 2,76% à 51,15 francs, alors que l'indice SMI perd 1,39%. Au même moment, Lafarge reculait de 3,74%, sous-performant l'indice européen de la construction et de matériaux, en baisse de 2,66%.

"Le troisième trimestre montre une légère amélioration de tendance par rapport aux attentes et les perspectives aux Etats-Unis sont un peu plus confiantes", commentent les analystes de la Banque Cantonale de Zurich dans un communiqué.

Lors d'une conférence de presse, le directeur général d'Holcim a précisé que le groupe restait à l'affût d'acquisitions.

Le cimentier suisse, qui s'appuie sur le bilan le plus solide du secteur, dispose d'une bonne marge de manoeuvre en la matière, à l'heure où ses concurrents, tels que Lafarge, se voient contraints de se séparer d'une partie de leurs activités pour faire face à leurs dettes.

En 2009, Holcim avait ainsi racheté les activités australiennes du groupe mexicain Cemex.

Nathalie Olof-Ors, édition Pascal Schmuck et Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.