Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Havas/Vivendi-Maurice Lévy ne voit pas de logique industrielle

Reuters 23/06/2017 à 18:56
    par Mathieu Rosemain 
    CANNES, 23 juin (Reuters) - Le projet de mariage entre le 
géant des médias Vivendi  VIV.PA  et le groupe publicitaire 
Havas  HAVA.PA  n'a pas de logique industrielle et comporte des 
risques de conflit d'intérêts, a estimé vendredi le président du 
conseil de surveillance de Publicis  PUBP.PA  Maurice Lévy.  
    Le milliardaire Vincent Bolloré a engagé le mois dernier le 
processus de rapprochement entre Vivendi et le sixième groupe 
publicitaire mondial, deux sociétés qu'il contrôle via des 
participations détenues par son groupe familial (Groupe Bolloré 
 BOLL.PA ).  
    L'opération d'un montant de 2,3 milliards d'euros consiste 
pour Vivendi à racheter la participation d'environ 60% que 
détient Bolloré dans Havas et devrait être bouclée d'ici deux 
semaines.   et   
    "En ce qui concerne la stratégie de (Vincent) Bolloré, elle 
est très claire : c'est une stratégie patrimoniale", a déclaré 
Maurice Lévy à Reuters à l'occasion du festival de la publicité 
Cannes Lions. 
    Prié de dire si cela signifiait qu'il n'y avait pas de 
logique industrielle à la transaction, il a répondu : "ce n'est 
que mon opinion personnelle". 
    "C'est normal que quelqu'un qui a des intérêts dans des 
endroits divers les regroupe pour essayer de tirer le meilleur 
parti de ces intérêts. Donc c'est une stratégie 
financiéro-patrimoniale", a-t-il ajouté. 
    Le PDG d'Havas Yannick Bolloré, fils de Vincent Bolloré, a 
pour sa part vanté les mérites de l'opération lors du même 
festival à l'occasion d'une conférence de presse aux côtés du 
président du directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine et du 
patron d'Universal Music Group (UMG), une filiale de Vivendi, 
Lucian Grainge. 
    La nouvelle entité qui regroupera UMG, Havas et le groupe de 
télévision Canal+ devrait créer au moins 390 millions d'euros en 
termes de valeur, a expliqué le PDG, sans donner plus de 
précisions sur ce que recouvre ce montant. 
     
    QUELLE CRÉATION DE VALEUR ?  
    Maurice Lévy a pour sa part pointé le risque de conflit 
d'intérêts pour le groupe publicitaire dont certains clients 
sont susceptibles d'être en concurrence avec le groupe de 
médias. 
    "Aujourd'hui, c'est quelque chose qui est non seulement 
inadéquat mais qui est aussi mal perçu par les annonceurs parce 
que les annonceurs n'aiment pas le fait qu'un média puisse 
contrôler son agence ou qu'une agence puisse contrôler un 
média", a expliqué le dirigeant, dont le groupe est en 
compétition avec Havas.  
    "Ils n'aiment pas ce mélange des genres parce que cela jette 
une suspicion sur la manière dont les investissements 
publicitaires sont décidés". 
    Yannick Bolloré, prépositionné par son père pour prendre la 
tête de Vivendi à terme, balaye pour sa part cet argument. 
    "Le seul conflit d'intérêts concerne les capacités d'achats 
d'espace", a-t-il expliqué jeudi. "Les clients d'Havas 
représentent 0,5% des revenus (de Vivendi). Donc c'est vraiment 
négligeable". 
    "L'engagement que nous avons avec les clients est d'être 
transparents comme nous le faisons en France", a-t-il ajouté. 
    Martin Sorrell, le directeur général du numéro un mondial de 
la publicité WPP  WPP.L , estime pour sa part qu'un 
rapprochement entre médias et publicité a du sens à la condition 
de le faire dans la transparence avec les clients. 
    Il s'est en revanche montré plus sceptique quant à la valeur 
susceptible d'être créée par l'opération, en faisant valoir 
qu'Havas et Vivendi collaboraient déjà étroitement. 
    "Il disent qu'en se rapprochant, ils créeraient de la 
valeur", a-t-il expliqué lors d'un entretien à Cannes. "Ils 
avaient l'opportunité de le faire (...) Peut-être qu'ils vont 
faire davantage d'efforts cette fois".  
 
 (Gwénaëlle Barzic pour le service français, édité par Matthieu 
Protard) 
 

Valeurs associées

+0.25%
0.00%
+0.07%
+0.19%
WPP
-0.55%

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.