Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hausse surprise de la production industrielle nippone en octobre

Reuters30/11/2012 à 11:12

LA PRODUCTION INDUSTRIELLE JAPONAISE EN HAUSSE EN OCTOBRE

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - La production industrielle japonaise a, contre toute attente, augmenté en octobre et ce pour la première fois en quatre mois, à la faveur notamment d'un bond de 14,7% de la fabrication de composants électroniques, les entreprises se mettant en position de répondre à une forte demande pour les nouveaux smartphones.

Le secteur automobile s'est également bien porté, après avoir souffert pendant des mois des tensions entre la Chine et Japon autour d'un archipel et d'une déprime des ventes domestiques après l'expiration, cet été, d'un programme d'incitation fiscale à l'achat de voitures "propres".

Après une baisse de 4,1% en septembre, la production industrielle a enregistré une hausse de 1,8% en octobre, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un recul de 2,2%.

En outre, les manufacturiers interrogés par les services de statistiques publics prévoient certes un léger reflux de la production industrielle en novembre mais, ensuite, un bond de 7,5% en décembre.

Ces projections laissent entrevoir une première hausse trimestrielle de cette production après trois trimestres de contraction et, plus généralement, suggèrent que le pire est peut-être passé pour l'économie japonaise.

Après deux trimestres de croissance, l'économie du Japon s'est contractée de 0,9% au troisième trimestre et, il y a deux semaines, le gouvernement a pour le quatrième mois d'affilée revu à la baisse les perspectives économiques du pays, laissant craindre que la troisième économie mondiale ne retombe en récession.

"Les données (relatives à la production industrielle) montrent que l'économie a probablement passé le creux de la vague plus vite que prévu", souligne Tatsushi Shikano, économiste chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.

CONTRACTION DU SECTEUR MANUFACTURIER - INDICE PMI

Les bons chiffres en matière de production industrielle sont toutefois à mettre en rapport avec l'indice PMI du secteur manufacturier, ressorti à 46,5 en novembre contre 46,9 le mois précédent, ce qui suggère la contraction la plus prononcée de ce secteur en 19 mois.

Cette dernière donnée montre que la voie de la reprise ne sera pas facile, ce qui devrait amplifier la pression sur la Banque du Japon (BoJ) pour qu'elle prenne encore davantage de mesures de soutien à l'économie.

La banque centrale se retrouve au centre du débat politique dans le cadre des élections législatives prévues le 16 décembre après que Shinzo Abe, chef de file du Parti libéral-démocrate (PLD) et probable futur Premier ministre à en croire les sondages, a déclaré que la BoJ devait mettre en oeuvre une politique d'assouplissement monétaire "illimitée".

Cette proposition est le principal facteur de la baisse du yen à l'oeuvre depuis deux semaines, évolution qui devrait être favorable aux exportations dont dépend en grande partie le Japon.

"Même si l'économie montre des signes de reprise, la BoJ pourrait devoir assouplir encore davantage dès le mois prochain, surtout si, par exemple, un éventuel assouplissement américain se traduit par une brusque remontée du yen", note Tatsushi Shikano.

Parmi d'autres signes moins encourageants pour l'économie, les prix à la consommation sont restés inchangés en octobre par rapport au même mois de 2011 et, dans la région de Tokyo, ils ont même reculé de 0,5%, des chiffres qui montrent que la fin du phénomène de déflation qui handicape l'activité depuis des années n'est pas encore en vue.

En revanche, les mises en chantier ont bondi de 25,2% sur un an en octobre, vraisemblablement à la faveur d'une baisse des taux d'intérêt dans le secteur immobilier.

Les dépenses des ménages ont augmenté de 0,6% sur un mois en octobre, contre un recul de 0,4% attendu par les économistes, tandis que le taux de chômage est, comme prévu, resté inchangé à 4,2%.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Joanny


Mes listes

valeur

dernier

var.

103.65 +0.63%
0.64 -1.39%
13.5 +0.37%
188 -2.59%
6.66 +1.09%
20.57 -0.10%
6.31 +0.48%
17.83 -3.28%
27.1 -0.18%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.