Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hausse de la demande d'électricité de 50% d'ici 2022, estime RTE

Reuters06/11/2012 à 18:39

RTE ESTIME À 700 MILLIARDS DE DOLLARS LA MODERNISATION DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES D'ICI 10 ANS

par Muriel Boselli

PARIS (Reuters) - Environ 700 milliards de dollars devront être investis dans les dix prochaines années dans le monde pour adapter les réseaux de transport d'électricité au développement des énergies renouvelables et à la demande croissante dans les pays émergents, estime RTE.

Le réseau de transport français estime que lui et ses 15 principaux homologues - qui distribuent 70% de l'électricité consommée dans le monde - devront faire face à une demande mondiale en hausse de 50% d'ici 2022, année où l'énergie renouvelable égalera la capacité de 250 réacteurs nucléaires.

"En Amérique du nord et en Europe, le besoin d'investissements est lié à l'impératif de connecter des dizaines de milliers de megawatts de production solaire et éolienne", a dit à Reuters le président de RTE, Dominique Mailard, mardi en marge d'une rencontre entre ces réseaux de transports d'électricité organisée à Paris.

"Si on n'arrive pas à développer comme il faut les réseaux, soit la transition énergétique sera une belle expression qui restera lettre morte soit on prendra des risques", a-t-il ajouté en référence à la possible multiplication des coupures de courant.

En France, RTE, filiale à 100% d'EDF prévoit d'investir 15 milliards d'euros d'ici 2020 dans ses 100.000 km de lignes à haute tension.

Dans l'Union européenne, ces investissements devraient atteindre 46 milliards d'euros d'ici 2020 et 68 milliards supplémentaires d'ici 2030, avait estimé l'année dernière la Fondation européenne pour le climat.

LONGS DÉLAIS

Au delà des problèmes de financement résultant de la situation économique, l'acceptation des projets de ligne à haute tension par les citoyens représente la principale difficulté pour développer de nouveaux projets en Europe.

"Il y a 50 ou 60 ans, l'électricité était considérée comme un bien nécessaire. Maintenant, il y a l'idée qu'on est dans un monde fini, que l'électricité est acheminée partout et que de nouveaux ouvrages ne sont pas nécessaires", dit Dominique Maillard.

Pourtant, l'Allemagne peine à acheminer l'électricité produite au Nord vers les grandes industries du sud du pays, cite-t-il à titre d'exemple.

Il ajoute qu'aujourd'hui, un projet de ligne à haute tension nécessite entre huit et dix ans pour être achevé, contre quelques années auparavant.

Entre la France et l'Espagne, la construction d'une connexion électrique a mis 25 ans à voir le jour, en raison notamment de fortes oppositions locales, liées aux inquiétudes pour l'environnement et la santé des riverains.

De leur côté, les pays émergents développent rapidement leurs réseaux et construisent des lignes pouvant transporter deux fois plus d'électricité que celles installées en Europe, jusqu'à 800.000 volts en Chine contre 400.000 volts en Europe.

"Les pays émergents sont un peu dans la situation qui était la nôtre pendant les Trente Glorieuses, où la demande en électricité doublait tous les sept ans, comme c'est le cas aujourd'hui en Chine, en Inde et au Brésil", rappelle Dominique Maillard.

édité par Marion Douet et Gilles Trequesser

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.