Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Guerre des nerfs entre Athènes et Bruxelles

Reuters28/07/2015 à 20:10

NÉGOCIATIONS DANS LA DÉFIANCE ENTRE BRUXELLES ET ATHÈNES

par Renee Maltezou et Francesco Guarascio

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - Déclarations contradictoires et démentis n'ont cessé de circuler mardi entre Athènes et Bruxelles, attestant d'une ambiance de profonde défiance dans laquelle baignent les nouvelles négociations sur un troisième plan de renflouement de 86 milliards d'euros.

Les divergences portent aussi bien sur le rythme et la conduite des négociations que sur la question de la réouverture de la Bourse d'Athènes et la nécessité ou pas pour le gouvernement de promulguer de nouvelles lois avant tout accord, en passant par les volées de bois vert de l'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis à l'encontre des créanciers sur son blog.

Les deux parties ne sont même pas parvenues à s'entendre sur le moment où les négociations ont vraiment démarré.

Un haut fonctionnaire grec aux Finances a dit que les chefs des délégations de la Commission européenne (CE) et du Fonds monétaire international (FMI) arriveraient mercredi à Athènes pour discuter du plan de renflouement.

Les négociations dites techniques doivent être bouclées d'ici vendredi et pourraient s'accompagner de discussions "de suivi" durant le week-end si nécessaire, a-t-il ajouté.

"Les deux parties veulent parvenir à un accord le plus tôt possible", a dit le haut fonctionnaire.

Des responsables de l'exécutif européen ont toutefois démenti ces ordres du jour successifs, affirmant que les chefs de la mission européenne étaient déjà sur place et que les discussions avaient commencé depuis lundi. Ils ont bien souligné qu'on ne forcerait pas la main aux créanciers, tout accord exigeant au préalable des engagements réformistes précis et écrits.

Il n'y a pas de "date limite fixe" pour la conclusion d'un protocole d'accord, a expliqué Mina Andreeva, porte-parole de la CE. Si tout le monde s'en tient aux engagements pris lors du sommet des 12-13 juillet, "un accord d'ici la seconde quinzaine d'août est envisageable", a-t-elle ajouté.

Le haut fonctionnaire grec aux Finances estime lui que l'obligation pour la Grèce de légiférer sur les réformes avant de s'entendre sur l'aide financière ne se justifie pas au vu des déclarations produites par le sommet et des échanges qui ont suivi.

Côté créanciers, le point de vue est tout autre: Athènes doit édicter des mesures encadrant plus rigoureusement les préretraites et revoir sa fiscalité agricole avant que toute nouvelle aide ne soit déboursée. La Grèce aura besoin d'argent frais avant le 20 août, date à laquelle elle devra rembourser 3,5 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE).

VAROUFAKIS MET LE FEU

Après son arrivée au pouvoir en janvier, le parti de la gauche radicale Syriza du Premier ministre Alexis Tsipras a tenté dans un premier temps de revenir sur les mesures d'austérité prévues par le précédemment plan de renflouement et d'exclure le FMI de toute nouvelle discussion.

Lorsque les négociations sur une nouvelle assistance ont finalement commencé, elles ont été transférées à Bruxelles, sans le moindre accès aux ministères grecs, à la différence de ce qui se passe aujourd'hui. Alexis Tsipras avait tenté de déplacer la discussion sur le champ du politique pour s'épargner l'obligation de présenter des propositions de réforme dûment détaillées et chiffrées.

L'ombre de Varoufakis, dont Tsipras a dû se défaire en acceptant ce mois-ci des conditions d'aide encore plus dures, plane sur les nouvelles discussions.

L'universitaire marxiste a démissionné lorsque Tsipras a rejeté sa proposition radicale de créer un système de paiement parallèle pour contourner la fermeture des banques locales et l'imposition d'un contrôle des capitaux le 28 juin dernier.

Bien qu'éloigné du pouvoir à présent, il n'en reste pas moins un souci pour le Premier ministre puisqu'il continue de tirer à boulets rouges sur le compromis d'aide financière, traitant les créanciers de colonialistes.

Andreeva a qualifié de "fausses et infondées" les affirmations de Varoufakis selon lesquelles les créanciers ont pris le contrôle du secrétariat général du ministère des Finances, chargé des recettes publiques.

"La Commission et le FMI n'assurent qu'une assistance technique à l'administration fiscale et ne contrôlent évidemment pas le secrétariat général aux recettes publiques", a-t-elle déclaré. "Soutenir que la troïka contrôle ce secrétariat est tout simplement faux", a-t-elle ajouté en reprenant l'ancien terme pour désigner le FMI, la CE et la BCE.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Mes listes

valeur

dernier

var.

41.01 -1.82%
5568.99 +0.06%
0.924 +3.53%
14.95 +0.03%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.