Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gucci réfléchit à un projet de ferme d'élevage de pythons

Reuters31/03/2014 à 20:15

GUCCI ENVISAGE DE METTRE SUR PIED UNE FERME D?ÉLEVAGE DE PYTHONS

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Gucci réfléchit à un projet de ferme d'élevage de pythons qui permettrait à la marque phare de Kering très consommatrice de ces peaux exotiques de sécuriser de précieux approvisionnements.

Jusqu'ici, nombre d'acteurs du luxe ont pris des participations ou racheté certains de leurs fournisseurs, principalement des tanneries, pour s'assurer un approvisionnement prioritaire à l'heure où l'explosion des ventes de sacs dans le monde provoque de fortes tensions sur la demande de peaux exotiques ou de grande qualité.

Certains, comme Hermès et LVMH, sont allés plus loin dans la chaîne d'approvisionnement, devenant propriétaires d'élevages d'alligators et de crocodiles aux Etats-Unis et en Australie.

Aujourd'hui, "Gucci réfléchit à un projet de ferme de pythons", a déclaré lundi Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable de Kering, à l'occasion de la présentation du premier rapport du partenariat pour la préservation des pythons dans lequel le groupe français s'est engagé aux côtés du Centre du commerce international (CCI) et de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Elle n'a pas voulu préciser s'il pourrait s'agir d'une prise de participation dans une ferme existante ou d'une création.

Gucci, deuxième marque de luxe dans le monde derrière Louis Vuitton (LVMH) est très consommatrice de python et doit faire face à une demande croissante, notamment de la clientèle asiatique. "Le python est emblématique de certaines marques, notamment Gucci", a indiqué Marie-Claire Daveu.

COMMERCE ILLÉGAL

L'UICN avait dénoncé, dans un rapport de novembre 2012, les pratiques illégales du commerce du python et les menaces pesant sur la préservation de l'espèce, lançant un appel à l'industrie du luxe pour qu'elle apporte son soutien aux travaux de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Car le commerce illégal des peaux de python en provenance d'Asie du Sud-Est -principalement lié aux captures d'animaux sauvages dépassant les quotas autorisés- constitue une menace pour la préservation de l'espèce.

Ce commerce, qui concerne deux espèces de python, le birman et le réticulé, est estimé à environ un milliard de dollars par an, un montant équivalent à celui du marché légal.

Environ 500.000 peaux de ces serpents sont vendues chaque année, pour un prix de 32 à 35 dollars le mètre.

L'Italie, la France et l'Allemagne sont les principaux pays importateurs de python en provenance d'Indonésie, de Malaisie et du Viêtnam, mais aussi de Chine ou du Laos.

Kering, qui se veut proactif en matière de développement durable, s'est fixé pour objectif de parvenir en 2016 à ce que ses approvisionnements en peaux précieuses proviennent d'élevages aux meilleurs standards ou d'animaux sauvages dont le prélèvement serait sans impact sur l'espèce.

LVMH s'est lui aussi impliqué dans la lutte pour une meilleure traçabilité des peaux de pythons. Le numéro un mondial du luxe a lancé fin 2012 une étude spécifique sur trois ans visant à renforcer cette traçabilité grâce à l'ADN des serpents.

"En plus de respecter toutes les obligations de CITES et d'être très actif sur le sujet, LVMH est en relation rapprochée avec tous les scientifiques qui travaillent dans ce domaine", a indiqué une porte-parole du groupe.

Dans son premier rapport consacré à l'élevage de pythons en captivité, le partenariat Kering-UICN-CCI prône des dispositifs garantissant que les élevages s'opèrent de manière responsable et qu'ils n'encouragent pas le trafic de serpents sauvages présentés comme étant d'élevage.

Il juge aussi urgent de développer des techniques de traçabilité permettant de différencier les peaux provenant d'animaux captifs ou d'élevage.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.